logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/10/2011

Tintin à Hollywood

Trois avant-premières, trois petits coups de nostalgie... Vous allez voir, aujourd’hui, c’est retour vers le futur!

Le secret de la Licorne.jpgPremier flashback: j’ai la chance d’avoir déjà vu Les Aventures de Tintin: Le Secret de la Licorne, qui sort le 26 octobre.

Si vous aimiez Tintin quand vous étiez petits, je pense que vous serez émus de le trouver si bien compris. Mais si vous l’aimiez au point d’être fétichiste (genre: Hergé est intouchable, c’est un monument et même un cinéaste comme Steven Spielberg n’a pas le droit d’y toucher), alors laissez tomber.

On pouvait faire confiance à Spielberg parce qu’il comprend l’enfance. Il est resté un enfant lui-même. E.T., c’était filmé avec les yeux de l’enfance, non? Ce Tintin est filmé avec les mêmes yeux.

Pour pimenter le plaisir de ceux qui iront voir le film (il sort mercredi), je vous fais deux petites confidences.

D’abord, regardez bien la première scène. Tintin se promène, il fait beau, une brocante en plein air invite à la flânerie. Un peintre a planté son chevalet, attendant le client. Tintin se fait donc tirer le portrait, et quand c’est fini, le peintre lui tend le dessin qu’il a fait de lui. herge.jpgQui est ce peintre? Son visage vous rappelle quelque chose? C’est Hergé, ainsi représenté par le réalisateur pour que, d’emblée, un hommage soit rendu au vrai père de Tintin.

Seconde confidence: tout le monde s’accorde à dire que le personnage de Milou a été très étoffé par Spielberg. Et c’est vrai. Il a fait de Milou une sorte de super-Milou, encore plus malin, encore plus vif et entreprenant que dans les albums de Casterman. Ce n’est pas étonnant car Spielberg lui-même a toujours eu des chiens et en a casé dans tous ses films. L’actrice Michelle Monaghan raconte que, sur un tournage, au début de sa carrière, elle était en transe à l’idée de rencontrer le grand Spielberg, et s’est approchée de lui toute émue, mais pas de chance, elle n’avait pas vu son chien et lui a marché dessus. «Attention! » s’est exclamé Spielberg. Et c’est tout ce qu’il lui a dit...

Chien Dents de la mer.jpgSur la photo, tirée des Dents de la mer, vous pouvez voir son propre chien, qu’il avait fait jouer dans le film Dico Spielberg.gif(pour tout savoir, référez-vous au «Dictionnaire Spielberg» qui vient de sortir, rédigé par un jeune fan de 24 ans, Clément Safra... même pas né lors du premier Indiana Jones!).

Bon, si vous allez voir Les Aventures de Tintin: Le Secret de la Licorne, mettez un commentaire au bas de cette note, ça me fera plaisir d’avoir votre avis, sapristi!

 

Deuxième retour vers le futur: j’ai eu un vrai coup de foudre avec des DVD qu’on a bien voulu me prêter mais qui ne sortiront que le 8 novembre. Ils sont trois, joliment rangés dans un coffret au format familier: le format de nos vieux 33 tours. Nos chers vinyles, que nous sortions avec précaution de leur pochette, en ne mettant surtout pas les doigts dessus!

Ce coffret s’appelle Age Tendre et Tête de Bois. C’est une compilation merveilleuse de l’émission qu’animait Albert Raisner. On y retrouve tous les yéyés, évidemment, mais aussi Brel, Bécaud, Béart, et ce ne serait rien si on ne réalisait, avec le recul, à quel point Albert Raisner était intelligent, cultivé, attentif et... précurseur. Je vous en reparlerai, et nous allons bientôt organiser un jeu pour vous faire gagner des exemplaires. En attendant, voici la pochette, toute pimpante.

 

3346030024256.jpg

 

 

Et pour la bande annonce, cliquez là!

 

Troisième et dernier flashback: un demi-siècle après la sortie de Ben-Hur, la Warner a investi un million de dollars pour le rénover, image par image.

Le 26 octobre va sortir le coffret en blu ray. Ben Hur.jpg

Si vous êtes équipé d'un lecteur capable de lire ce procédé, je suis sûre que vous allez craquer. Revoir la scène des galères, la course en char ou bien sûr la mort du Christ avec la présence, la splendeur du système blu ray, ça me donne des frissons d'avance.

 

 

Dans les semaines qui viennent, les procédés les plus pointus nous fournissent trois occasions de replonger dans le bonheur de notre jeunesse. La nostalgie, ce n'est plus le sépia et la poussière sur les vieux souvenirs, la nostalgie aujourd'hui, c'est high tech!

images.jpeg


 

13/07/2011

Tintin et Harry

Un jeune homme pleurait hier soir en sortant du cinéma. Un jeune homme de 21 ans. Qu'avait-il vu de si triste? Quel romantisme lui faisait monter les larmes aux yeux? C'était le dernier film d'Harry Potter. Non qu'il finisse mal, mais justement parce que c'était le dernier. "Il a accompagné toute mon enfance", reniflait-il. "C'est peut-être exagéré, mais ça fait comme un deuil."

"Harry Potter... le garçon qui a survécu... Prépare-toi à mourir..." Il faut reconnaître que l'auteur sait jouer avec ce sentiment: dire adieu à Harry, c'est se dire adieu à soi-même, ou à son enfance, entrer dans la vie d'adulte "parce que la vie a un sens"... La preuve:

 


 

C'est tellement vrai, qu'Harry Potter a grandi avec les enfants, que ça pose des problèmes aux parents qui croient que c'est resté, d'épisode en épisode, une série de films destinés à l'enfance.

Or, pas du tout, les auteurs ont commencé avec l'enfance, mais ont fait mûrir le héros avec les spectateurs, et les derniers épisodes ne s'adressent nullement aux petits spectateurs. Ils n'ont rien à en tirer, et doivent prendre le temps de grandir avec Babar, puis avec Tom-Tom et Nana, Flash McQueen (vivement le 27 juillet, il revient!), Buzz l'Eclair ou, pourquoi pas, Bambi ou Ali Baba. Harry est un ami qui ne leur veut pas (encore) de bien.

 

Cela dit, je n'ai pas le souvenir de m'être jamais attachée à un héros autant que la toute jeune génération à Harry Potter. Quitte à passer pour une bêcheuse, je confie que mon seul attachement comparable fut pour Guy de Maupassant. Maupassant.jpg

Quand j'ai eu presque tout lu - toutes les nouvelles et presque tous les romans, il n'en restait plus qu'un - je n'ai pas voulu lire le dernier.

Je voulais avoir encore ça devant moi, ce plaisir, ce coeur qui bat, ce sentiment incomparable d'être dans un monde d'émotions profondes, familières, si bien décrites qu'elles n'en étaient que plus grandes et plus subtiles.

 

Cet automne, le 26 octobre exactement, nous aurons droit nous aussi à notre cure de nostalgie. Spielberg, après nous avoir enchantés en créant des personnages comme E.T. ou Indiana Jones, plonge dans la lointaine enfance des petits Français en adaptant Tintin au cinéma. Et il nous fait une faveur: son film sort chez nous deux mois avant de sortir aux Etats-Unis!

 

Voici la bande annonce. Mille sabords, ça fait envie!

 


 


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique