logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/07/2011

Tintin et Harry

Un jeune homme pleurait hier soir en sortant du cinéma. Un jeune homme de 21 ans. Qu'avait-il vu de si triste? Quel romantisme lui faisait monter les larmes aux yeux? C'était le dernier film d'Harry Potter. Non qu'il finisse mal, mais justement parce que c'était le dernier. "Il a accompagné toute mon enfance", reniflait-il. "C'est peut-être exagéré, mais ça fait comme un deuil."

"Harry Potter... le garçon qui a survécu... Prépare-toi à mourir..." Il faut reconnaître que l'auteur sait jouer avec ce sentiment: dire adieu à Harry, c'est se dire adieu à soi-même, ou à son enfance, entrer dans la vie d'adulte "parce que la vie a un sens"... La preuve:

 


 

C'est tellement vrai, qu'Harry Potter a grandi avec les enfants, que ça pose des problèmes aux parents qui croient que c'est resté, d'épisode en épisode, une série de films destinés à l'enfance.

Or, pas du tout, les auteurs ont commencé avec l'enfance, mais ont fait mûrir le héros avec les spectateurs, et les derniers épisodes ne s'adressent nullement aux petits spectateurs. Ils n'ont rien à en tirer, et doivent prendre le temps de grandir avec Babar, puis avec Tom-Tom et Nana, Flash McQueen (vivement le 27 juillet, il revient!), Buzz l'Eclair ou, pourquoi pas, Bambi ou Ali Baba. Harry est un ami qui ne leur veut pas (encore) de bien.

 

Cela dit, je n'ai pas le souvenir de m'être jamais attachée à un héros autant que la toute jeune génération à Harry Potter. Quitte à passer pour une bêcheuse, je confie que mon seul attachement comparable fut pour Guy de Maupassant. Maupassant.jpg

Quand j'ai eu presque tout lu - toutes les nouvelles et presque tous les romans, il n'en restait plus qu'un - je n'ai pas voulu lire le dernier.

Je voulais avoir encore ça devant moi, ce plaisir, ce coeur qui bat, ce sentiment incomparable d'être dans un monde d'émotions profondes, familières, si bien décrites qu'elles n'en étaient que plus grandes et plus subtiles.

 

Cet automne, le 26 octobre exactement, nous aurons droit nous aussi à notre cure de nostalgie. Spielberg, après nous avoir enchantés en créant des personnages comme E.T. ou Indiana Jones, plonge dans la lointaine enfance des petits Français en adaptant Tintin au cinéma. Et il nous fait une faveur: son film sort chez nous deux mois avant de sortir aux Etats-Unis!

 

Voici la bande annonce. Mille sabords, ça fait envie!

 


 


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique