logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/03/2013

Gardez le volant!

Au lieu de trembler de peur à l'idée de mal vieillir, de perdre la boule, de peser sur ses enfants etc., nous ferions mieux de créer une société accueillante pour tout le monde, et même pour ceux qui sont jeunes et vont très bien!

C'est en gros le sens que Michèle Delaunay, ministre déléguée aux personnes âgées et à l'autonomie, donne à sa mission.

Elle s'est fait remettre trois rapports, dont l'un est consacré à l'adaptation de la société au vieillissement.

Parmi bien des propositions, ce rapport souligne que bien vieillir, ce n'est pas rester cloîtré chez soi faute de moyens de transport, mais pouvoir bouger aussi longtemps que possible.

michèle delaunay,luc broussyEn dehors d'une politique de transports en communs, cela signifie rester au volant le plus longtemps possible, d'une part, et ne pas avoir peur de se faire renverser en traversant la rue, d'autre part.

Rester au volant le plus longtemps possible n'est pas une utopie, car on est lent et prudent quand on est vieux, ce qui nous met à l'abri des dangers principaux que sont la vitesse et l'alcool. 

Mais l'inquiétude est là, on ne se fait plus confiance, nos enfants poussent les hauts cris dès qu'il y a une rayure (de plus... hum hum) sur notre voiture, et du coup, on roule de moins en moins. Jusqu'au jour où on risque de ne plus rouler du tout, et de rester triste et abattu chez soi, à moitié assoupi devant la télé, ce qui est très mauvais pour le moral et pour la santé.

Le rapport préconise entre autres que nous fassions des stages de mise à niveau, comme ceux qu'organise la Prévention routière. C'est très sympa d'être entre gens comme nous, qui aiment vivre actifs, en bougeant, et sans inquiétude inutile.

Pour ce qui est des piétons, le rapport préconise que les feux rouges soient plus longs, afin que ceux qui traînent un peu la patte aient le temps de traverser sans se bousculer.

Alors là, l'intention est bonne, mais l'idée est très mauvaise. Si on veut que les automobilistes accélèrent encore plus quand le feu passe à l'orange, et qu'ils brulent le feu encore plus souvent, il n'y a qu'à leur faire peur en leur disant que le rouge va durer... durer... durer... Y compris quand il n'y a personne, en pleine nuit...

En fait, les feux, c'est dangereux parce qu'ils sont peu respectés, et en michèle delaunay,luc broussyplus c'est moche, et en plus ça fait du bruit pour ceux qui habitent près du carrefour. Toute la journée et toute la nuit les malheureux entendent les gens qui redémarrent, le pire étant les carrefours où circulent des autobus avec leur moteur d'enfer.

Une ville sympa pour tout le monde y compris les moins jeunes, c'est une ville où les voitures roulent à 30 à l'heure et où tout est conçu pour qu'on n'aille pas plus vite. Non par des interdictions, des panneaux partout, des contrôles et des contraventions, mais par des aménagements des rues et des croisements qui font que piétons, cyclistes et automobilistes cohabitent gentiment, sans avoir à se forcer.

Parfois, des fleurs dans des bacs, à l'entrée d'une rue, suffisent pour que les voitures ralentissent sans que personne ne s'énerve! Alors à bas les feux au croisement d'artères toutes droites, vive les fleurs au bord de rues aux larges trottoirs, où l'espace est partagé par tous, avec ou sans moteur, avec ou sans roues, avec ou sans canne! 

 michèle delaunay,luc broussy

28/02/2013

Ehpad, pas prison!

Les prisons et d'une façon générale les endroits où on est détenu - comme pendant une garde à vue ou à l'hôpital psychiatrique si on y a été interné d'office - doivent être surveillés afin que les personnes qui font l'objet de cette rétention soient traitées correctement.

La France n'a malheureusement pas de bonnes habitudes en ce domaine, ses prisons sont vétustes et surpeuplées, et dans beaucoup de commissariats les geôles sont en piteux état.

C'est pourquoi a été créé en 2008 le poste de Contrôleur général des lieux de privation de liberté, en l'occurrence Jean-Marie Delarue, qui rend chaque année son rapport au président de la République.

Permettez-moi de signaler au passage que ces lieux étaient déjà, de droit, contrôlés par de multiples instances, mais apparemment sans efficacité puisqu'il a fallu en créer une de plus.

Dans son tout dernier rapport, le Contrôleur général suggère que les Ehpad soient également placés sous son contrôle. Selon lui, donc, ce sont des lieux de privation de liberté, comme une prison.

Cette proposition qui me fait bondir a pourtant été étudiée avec pondération par Michèle Delaunay, ministre en charge des personnes âgées. Ce qui ne l'empêche heureusement pas de conclure sur son blog qu'en gros c'est une mauvaise idée.

Quant à moi, je trouve qu'on mélange tout.

Oui, les précautions s'accumulent, particulièrement dans certains Ehpad, où on multiplie les sas, les digicodes, les bracelets et les puces électroniques censés donner l'alarme si un résident sort inopinément. Mais comment en serait-il autrement, puisque nous jugeons par ailleurs inacceptable que nos proches confiés à des Ehpad puissent en sortir au risque de s'égarer? 

Cet hiver, trois personnes âgées sont mortes de froid dans ces circonstances. Ces tragédies ont donné lieu à un concert de protestations unanime: comment pouvait-on sortir d'un Ehpad sans que le personnel s'en aperçoive sur le champ? Des familles ont d'ailleurs immédiatement annoncé leur intention de porter plainte.

On les comprend! Mais cela envoie un message très clair aux Ehpad: par tous les moyens, sous peine de poursuites, il leur faut garantir à 100% que le résident ne sortira pas inopinément. Allez vous étonner, après, que les précautions prises soient draconniennes. Au point que certains Ehpad peuvent ressembler à s'y méprendre à des lieux de privation de liberté.

Si nous voulons qu'une certaine liberté soit garantie à nos proches résidents d'Ehpad, même très désorientés, nous devons aussi reconnaître que cette liberté s'accompagnera d'un risque accru. Et nous devons choisir entre ce risque et la coercition. Ce n'est pas facile. Mais le Contrôleur général n'a rien à voir avec ça, car quand nous confions un proche à un Ehpad, c'est parce que là, dans un environnement professionnel pensé pour lui de A à Z, nous espérons qu'il sera quand même plus libre que chez lui où, hélas, plus rien n'est possible.

C'est tellement douloureux de voir ceux qu'on aime perdre le nord, qu'on aimerait bien que des gens qui font autorité, comme le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, sachent garder leur cap.

(Chacun pourra consulter le rapport en question à partir du 4 avril sur le site dédié.)

 

 

28/09/2012

Madame le ministre, chère Michèle.

michèle delaunay,ministre déléguée aux personnes âgéesMadame le ministre, chère Michèle Delaunay. Vous êtes une femme sympathique, c'est un bon début. Elégante, ça me plaît. Intelligente, j'ai eu la chance de déjeuner avec vous en petit comité, j'ai pu m'en rendre compte. Ministre des personnes âgées, sacré dossier. Chaleureuse, ce n'est pas donné à tout le monde, et ça a dû vous garantir un bon contact avec vos patients, puisque vous êtes médecin cancérologue.

Vous avez quand même un défaut: vous n'avez pas un rond. Je veux dire, votre ministère n'a pas un rond.

C'est pareil dans tous les ministères, dites-vous? Mais il y a des ministères où on peut sans doute faire mieux avec moins. Pas le vôtre. 

Vous avez demandé à Luc Broussy, élu local PS, d'étudier l'impact du vieillissement de la population sur notre pays.

 

michèle delaunay,ministre déléguée aux personnes âgées


C'est l'occasion de formuler un voeu, et même de pousser un coup de gueule: pourquoi les équipements de base dont on a besoin quand on vieillit sont-ils si chers?

Lunettes de presbytie: trop chères.

Prothèses auditives: ridiculement chères.

Soins dentaires: ruineux .

Equipements pour aider dans la vie courante quand on n'est plus très ingambe: souvent inaccessibles. 

Tout est trop cher. Beaucoup beaucoup trop cher.

Pouvez-vous, Madame le ministre, chère Michèle Delaunay, diligenter une enquête sur les marges que font les industriels de ces secteurs?

Nous sommes tous d'accord: ils doivent faire un bénéfice. Mais celui qu'ils font sur ces produits est-il acceptable?

Si les marges étaient correctes, nous pourrions payer le "reste à charge" sans trop de difficulté. Et la sécurité sociale aussi s'en sortirait beaucoup mieux, car la partie remboursée serait moins chère aussi.

Message personnel à ceux qui lisent mon blog:

Si vous avez un exemple de prix ridiculement élevé pour un appareil indispensable à une personne vieillissante, afin qu'elle vive mieux et que donc tout le monde autour d'elle vive mieux aussi, donnez-le moi dans un commentaire ci-dessous, en étant aussi précis que possible.

Les exemples probants, je m'engage à les transmettre à Luc Broussy et à Michèle Delaunay.

Merci! A nous de jouer!




 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique