logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/05/2012

Virginie, du deuil à la joie

Cette jeune femme s'appelle Virginie Razzano. Elle a 29 ans, et je vous laisse la regarder, explosant de joie hier. Elle venait de gagner contre Serena Williams, 5ème meilleure joueuse du monde, alors qu'elle-même est 111ème!

Virginie Razzano, Serena Williams, Roland-Garros, deuil, tennisMais ce sont des choses qui arrivent, au tennis, parfois le meilleur des joueurs se fait supplanter par quelqu'un dont il ne se méfiait sans doute pas assez...

En fait, ce qui est magnifique dans cette victoire, c'est qu'elle vient saluer pour Virginie la fin d'une année terrible, une année de deuil particulièrement cruel pour une si jeune femme. Son compagnon et entraîneur depuis dix ans, Stéphane, avec lequel elle est entrée dans la vie adulte et dans la vie de championne, celui qui fut lié à sa vie toute entière dès la sortie de l'enfance, est mort presque exactement un an plus tôt, d'une tumeur au cerveau.

Quelques jours après sa mort, l'an dernier, Virginie avait quand même voulu jouer au tournoi de Roland-Garros. En l'honneur de Stéphane, parce qu'il lui avait dit que c'était son voeu. Elle avait perdu. Mais après le match, elle avait répondu aux questions des journalistes, lors d'une conférence de presse inoubliable et bouleversante.

C'est le moment de la revoir, dans la vidéo ci-dessous. En hommage à son chagrin, en hommage à sa victoire, en hommage à ceux que nous aimons et que nous avons perdus, nous aussi. Merci pour ton sourire, Virginie, et merci pour tes larmes.




09/01/2012

Pour Anne, pour Issifou, pour Louise, pour Rose.

La famille d'Anne Alassane.jpg

Nous ne pouvons pas comprendre l'incompréhensible.

Nous ne pouvons pas dire l'indicible.

Voici Victor, Mathilde, Laura et Joséphine, avec leur papa et leur maman, Anne et Issifou.

Et puis voici la petite Louise et la toute petite Rose, avec leur grand frère, leurs grandes soeurs, leur papa et leur maman.

Les deux plus jeunes enfants d'Anne Alassane, restauratrice, vainqueur de Masterchef (TF1) en 2010, ont péri dans l'incendie de leur maison, le 2 janvier.

Devant le choc nous restons immobiles, devant la douleur nous restons silencieux.

Peut-être la seule chose supportable est-elle la voix d'un grand poète, qui connut le même chagrin. Voici quelques lignes de Victor Hugo, écrites pour ses filles, dont il allait perdre l'une, Léopoldine, noyée avec son mari, à l'âge tendre de 19 ans.

Dans le frais clair-obscur du soir charmant qui tombe,
L’une pareille au cygne et l’autre à la colombe,
Belles, et toutes deux joyeuses, ô douceur !
Voyez, la grande sœur et la petite sœur
Sont assises au seuil du jardin, et sur elles
Un bouquet d’œillets blancs aux longues tiges frêles,
Dans une urne de marbre agité par le vent,
Se penche, et les regarde, immobile et vivant,
Et frissonne dans l’ombre, et semble, au bord du vase,
Un vol de papillons arrêté dans l’extase.



09/10/2011

L'homme à la pomme

Quand il a dû renoncer à conduire Apple, l'entreprise qu'il avait fondée, j'avais ici-même longuement évoqué Steve Jobs, le patron d'Apple. C'était il y a quelques semaines seulement. J'avais traduit pour vous le beau discours à la jeunesse rédigé et prononcé en 2005 pour les étudiants d'une grande université, le jour de la réception de leur diplôme. Cette vidéo a été reprise partout lors de sa mort, et elle existe maintenant en version soutitrée, la voici.

Candles.jpeg

L'émotion qui a traversé la planète à l'annonce de ce départ a été prodigieuse. En Amérique, en Asie, en Europe notamment, les manifestations de ferveur ont été aussi nombreuses que spontanées.

Certains ont organisé de petites lumières pour qu'elles dessinent son nom, souvent aussi le logo d'Apple, et sur cette photo vous voyez comment les passants ont aimé prendre, depuis leur téléphone Apple, la photo de l'hommage.

D'autres ont imaginé un hommage écrit, par exemple avec des post-its couverts d'émouvantes évocations. La photo que j'ai choisie a été prise en Corée du Sud.

Corée.jpegLa police, contactée par l'entourage de Steve Jobs dans les jours qui ont précédé sa mort, a mis d'avance en place un service d'ordre pour que ceux qui voudraient poser des fleurs devant chez lui puissent le faire, sans troubler le deuil de sa famille. Il habitait une maison sans prétention, sans barrière, accessible à tous les passants.


Maison JObs.jpgBien sûr l'homme était jeune et s'est montré combattif jusqu'au bout. Bien sûr ses innovations furent d'usage quotidien, et ont investi les foyers par millions... ou même par milliards, si l'on additionnne les ordinateurs personnels, les lecteurs de musique et les téléphones multifonctions. Tout un petit iMonde s'est rendu désirable dans des pays à la culture totalement différente, pour les jeunes et les moins jeunes, pour les hommes et pour les femmes. Steve Jobs leur a fait aimer les mêmes objets, parce qu'ils étaient pratiques et beaux, ou pour reprendre l'expression consacrée, parce qu'ils savaient joindre l'utile à l'agréable.

On a lu ici et là qu'il y avait quand même de l'abus dans tant d'adoration. Une iDole, Steve Jobs, en somme! Une sorte de Lady Di de l'informatique! Sur Facebook, beaucoup de mes amis ont rappelé que les produits Apple étaient fabriqués dans des usines lointaines où on faisait travailler les ouvriers jusqu'à l'épuisement, et que la politique des prix n'était pas là pour démocratiser l'électronique. C'est incontestable. Un exemple tout bête: si vous êtes adhérent FNAC et que vous achetez un IPad (près de 500 euros pour le premier prix, tout de même!), ça ne vous vaudra pas un seul point d'accumulé sur votre carte. Vraiment pas sympa!

Mais je voudrais ajouter en faveur de Steve Jobs quelquechose qui peut expliquer une partie du chagrin ressenti. Steve Jobs n'a jamais parlé de toutes les applications qu'il avait, avec ses collaborateurs, mises en place pour faciliter l'usage de ses instruments à ceux qui voyaient mal, entendaient mal, ou souffraient des troubles cognitifs. Par exemple, pour ceux qui n'ont pas une parfaite audition des deux oreilles, on peut écouter son iPod en règlant la stéréo plus confortablement. Pour ceux qui ne voient pas parfaitement, rien de plus facile que d'augmenter la taille des caractères et des images. Pour ceux qui ne voient vraiment pas, le clavier Braille est là, et la fonction "voice over" permet de donner tous les ordres avec commodité, et d'entendre toutes les indications nécessaires. Pour ceux dont la vision est gênée par la couleur, l'affichage noir-et-blanc est proposé en série. Pour ceux qui ont besoin de plus de temps que les autres pour réagir aux consignes, ou simplement pour taper, les réglages des temps de réaction sont proposés, même pour les touches du clavier. Bref, toute la gamme Apple est pensée d'emblée pour les gens qui sont au top et pour les autres, ceux qui autrement se laisseraient intimider et sentiraient qu'une fois de plus ils n'ont pas leur place dans le monde moderne.

Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici et vous verrez: Steve Jobs a voulu que tout le monde puisse se servir de ses produits. Tout le monde, même ceux qui ont des besoins particuliers. Et c'est comme ça qu'il a gagné plus qu'un marché mondial, malgré le prix, malgré des pratiques industrielles et commerciales implacables. Il a gagné quelquechose qui n'a pas de prix: le coeur des foules.

On lui dit au-revoir sans sombrer dans le sentimentalisme mal placé? J'ai envie de faire comme mon fils qui, sur sa "page", a simplement écrit: PommeQ. En souvenir des premiers MacIntosh.

 

apple_mourning.png

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique