logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/05/2012

Les femmes du président

Valerie-Trierweiler1.jpgValérie Trierweiler est la septième femme à l’Elysée, si on veut bien n’en compter qu’une pour Nicolas Sarkozy.

Sept femmes, comme dans l'histoire de Barbe Bleue!

On se fait un petit flashback?

 

 

 

 

Yvonne de Gaulle ne fut pas vraiment populaire, heureusement elle l’est devenue. Elle n’était pas drôle, elle ne nous faisait pas rêver, mais elle avait ce sens du devoir qui se fait rare de nos jours et qui finit par nous manquer. Et puis on l’appelait Tante Yvonne, ce qui est tout de même affectueux.

 

Yvonne.jpg

 

 

Claude Pompidou n’était pas une femme effacée, elle affichait une modernité qui tranchait avec le classicisme d'Yvonne. Un siècle semblait les séparer. Populaire? Non, elle ne le fut pas non plus, mais on sentait que c’était une femme de qualité et on la respectait.

 

Claude.jpg

 

 

Anne-Aymone Giscard d’Estaing était tellement timide et mal à l’aise qu’on n’a jamais bien su qu’en penser. Se montrer avec son mari la mettait au supplice. Et elle s’est si peu montrée depuis 1981, que si on n’y faisait pas attention, on penserait qu’elle a précédé Claude Pompidou, alors qu’elle lui a succédé. Une vraie discrète. Trop?

 

Anne-Aymone.jpg

 

 

Danièle Mitterrand, malgré son allure modeste et sa petite voix, n’était certes pas une femme effacée non plus. Elle a amené la notion de "chacun son truc" à l’Elysée, ne se sentant pas l’obligation d’être toujours de l’avis de son mari, et montrant, y compris le jour des obsèques de l’ancien président, que lui c’était lui, elle c’était elle. Un couple compliqué, ce qui semble lui avoir convenu.

 

Danièle.jpg

 

Bernadette Chirac aussi peut mettre en avant une oeuvre personnelle, elle a eu une véritable carrière politique, tout en jouant à fond son rôle d’épouse du président. Peu amène physiquement, le visage souvent dur sur les photos, elle a très habilement, au fil des ans, dévoilé son humour mordant et elle a su partager avec les Français sa douleur de mère atteinte dans son enfant. Ce qu’Yvonne de Gaulle n’aurait jamais fait, autres temps, autres moeurs.

 

bernadette-et-jacques-chirac.jpg

 

Carla Bruni n’était pas là au début du film, et quand elle est entrée dans le champ, on a eu un peu de mal à croire à son personnage. Mais à l’usage, elle s’est révélée plutôt de bonne influence sur celui qu’elle appela «mon mari » à tire larigot, elle est calme, bien élevée, elle sait se tenir à l’étranger (ce qui ne fut pas le cas de l’épouse précédente du président), et elle porte à merveille les robes de la haute-couture française.

 

Carla.jpeg

 

 

Valérie Trierweiler, à vous de jouer. Faites-vous pardonner d’être journaliste, en France, c’est bizarre mais on n’aime pas ça. Faites-vous pardonner de ne pas être mariée avec le président, en France c’est bizarre mais on n’aime pas ça non plus. En fait, si j’avais un conseil à vous donner, ce serait celui-ci: dans un premier temps, moins vous en ferez, mieux ça vaudra. Et si un jour, vous faites partie des meubles au point qu'on vous appelle Tante Valérie, ce jour-là, vous pourrez vous dire: «Ils » m’ont adoptée!

 

valerie-trierweiler-francois-hollande.jpg


 


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique