logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/02/2012

Qui fera campagne contre la solitude?

En lisant un livre, Les Solitaires de la République, solitaires.jpgj'ai trouvé le thème de campagne qui pourrait faire élire le candidat qui saurait s'en emparer. Et franchement, je ne m'y attendais pas.
L'auteur, Samir Tounsi, a rencontré et écouté des hommes qui n'aiment pas être seuls, des hommes faits pour le succès, pour l'action, des "leaders", comme on dit: éminent comme un Alain Juppé, haut en couleurs comme un Jean-Luc Mélanchon, flamboyant comme un Dominique de Villepin, fougueux comme un Arnaud Montebourg, frêle et discrète comme une Jacqueline Fraysse, ancienne maire communiste de Nanterre... Aucun n'est fait pour ronger son frein seul dans son coin.
Tous pourtant ont connu ça. Parce qu'il est arrivé un drame, comme celui qu'a provoqué le tueur fou pendant le conseil municipal à Nanterre, ou un échec, une élection perdue, la fin d'un mandat, la disgrâce...
Chez vous et moi ça s'appelle un mauvais moment à passer, dont tout le monde se fiche sauf soi, avec l'angoisse que ça dure longtemps.  Chez eux, ça s'appelle la traversée du désert. Mais peu importe. Ce qui compte, c'est que dans ce livre, ces hommes, rarement ces femmes, en parlent très bien. Avec douleur et même humilité.
Et l'auteur soudain fait le rapprochement: combien sont-ils, ces Français, ces électeurs, qui souffrent eux aussi de solitude? Oh, une solitude moins romanesque, une solitude qui ne ferait pas vendre beaucoup de livres, mais tout de même... 4 millions de personnes, selon une récente étude de la Fondation de France. Des hommes, des femmes, des vieux, des jeunes, 4 millions, c'est énorme! et c'est terrible! Au point qu'en 2011 la solitude a reçu le label Grande cause nationale, une sorte de prix Nobel du malheur, en quelque sorte.
Alors, ces personnalités éminentes, qui accèdent à de grandes responsabilités et aspirent à en assumer de plus grandes encore, ces leaders qui parlent si bien de solitude, du sentiment de rejet, d'abandon, eux qui l'ont éprouvé cruellement, pourquoi ne fondent-ils pas leur campagne là-dessus?
Samir Tounsi, l'auteur du livre, suggère aux candidats d'organiser chaque année des Etats généraux de la solitude. Ils seraient parrainés par les ministères concernés, et auraient pour but de prévenir l'isolement. Les élus locaux viendraient présenter les initiatives qu'ils ont prises et qui ont bien marché. L'émulation serait créée, ce qu'on appelle le cercle vertueux.
C'est une proposition simple, constructive, réaliste. Un homme - ou une femme!- politique qui nous ferait ce genre de promesse, en étant précis sur la façon dont il va la tenir, on aurait envie de le suivre. Surtout s'il s'appuyait sur les élus locaux, qui sont proches de nous.
Une chanson pour finir? Barbara, Serge Reggiani, Léo Ferré... Je préfère paraphraser Pierre Dac et Francis Blanche, qui disaient que ce n'était pas grave d'être malade tant qu'on avait la santé: ce n'est pas grave d'être tout seul tant qu'on est en bonne compagnie!
bal-pop-732571.jpg

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique