logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/07/2013

Déambulez, claudiquez, roulez jeunesse!



Comme on a beaucoup entendu parler du mariage pour tous, au point que ce "pour tous" est devenu une véritable expression toute faite (un peu comme le "non mais allô quoi" de Nabila), je me suis demandé s'il existait dans ce pays une notion de "vacances pour tous".

Je sais que la réponse est oui pour les enfants de familles pauvres, et que les associations, les municipalités, font beaucoup, même si ce n'est jamais assez. Mais pour ceux qui ne sont plus très vaillants, ou même pas vaillants du tout, ceux que leurs jambes ne portent pas bien loin sans aide, et qui pourtant ont encore le coeur à partir?

vacances,handicap,agence de voyageQuand je tape les mots "tourisme déambulateur" sur Google, je tombe sur des images affligeantes, sauf celle-ci (copyright Olivier Razemon), tirée d'un blog qui m'a bien intéressée. Comme par hasard, cette image de ski-luge-déambulateur (oui, je sais, elle n'est pas de saison!) nous vient du nord, précisément de la Norvège. Dans ces pays où les saisons étant rudes, on a l'esprit pratique. Et on adapte tout à ses possibilités, pour faire en sorte qu'on puisse profiter de la vie longtemps, longtemps!

Voilà pourquoi ça m'a fait plaisir de découvrir qu'en France - enfin! - une agence de voyage avait choisi de courtiser les candidats au tourisme dont les autres ne veulent pas: ceux qui ont besoin d'assistance pour se déplacer, ceux qui ont besoin de précautions particulières, mais qui ont quand même envie de sortir de leur trou et de voir du pays.

Bien sûr, ce n'est pas donné (environ 1800 euros la semaine) notamment parce qu'il faut davantage de personnel, pour aider à enfiler les bas de contention, remplir des dossiers plus scrupuleux que d'habitude notamment pour savoir qui joindre en cas d'urgence etc. Mais c'est agréable de penser que, si on a la chance d'en avoir les moyens, ou de voir sa famille se cotiser pour ce beau cadeau, on peut profiter des vacances comme n'importe quel touriste, et pas seulement en attendant qu'une bonne âme se souvienne que vous existez et vienne vous faire faire un petit tour. 

Il y a juste dix ans, nous entrions dans un été qui allait être exceptionnellement chaud. Notre ignorance à tous, y compris aux professionnels du grand âge, a ouvert la voie aux conséquences effroyables de la canicule, 20 000 morts en France, et plus de trois fois plus dans toute l'Europe. Dix ans plus tard, parlons donc tourisme, balade, découverte, car on ne peut rendre meilleur hommage aux victimes qu'en leur disant: "Voyez, nous n'avons pas oublié. La preuve: nous avons beaucoup changé, et ce n'est que le début, grâce à vous nous changerons encore."

Rendez-vous dans dix ans, pour mesurer le chemin parcouru!

 

vacances,handicap,agence de voyage


 

25/02/2013

César et les vieux qui meurent

Vendredi, lors de la cérémonie des Césars, qui célèbrent le cinéma français, une formule est revenue ici et là dans la bouche des présentateurs: "L'histoire des vieux qui meurent". Il s'agissait d'un raccourci à la fois provocateur (c'est le style de Canal Plus, qui organise et retransmet toujours l'événement) et affectueux (si l'on veut) pour le film Amour, qui a reçu la Palme d'or à Cannes en mai dernier.

Ce soir-là, l'histoire des vieux qui meurent a été couronnée à trois reprises. Meilleur acteur, Jean-Louis Trintignant.

Meilleure actrice, Emmanuelle Riva.

Et meilleur film. Rien que ça.

Je n'aime pas ces façons de parler, même soi-disant "affectueuses". Et je me fais un plaisir de noter que:

1/ Jean-Louis Trintignant, 82 ans, n'était pas présent ce soir-là parce qu'il était sur scène à Bruxelles, où il disait des textes de Jacques Prévert (sans prompteur, lui, contrairement aux présentateurs des Césars).

2/ Michaël Haneke, réalisateur d'Amour, n'était pas non plus présent ce soir-là parce qu'il était au Théatre Royal de Madrid pour la première d'un opéra de Mozart dont il était le metteur en scène (ce qui a un peu plus de gueule que de débiter des gags lamentables comme chaque année aux Césars)

3/Emmanuelle Riva, 86 ans, était bien présente mais prenait l'avion pour Hollywood le lendemain, où elle était nommée pour les Oscars, ce qui n'était le cas de personne d'autre ce soir-là dans la salle.

Amour est un film marquant. Une vraie oeuvre. Il est écrit, mis en scène et joué par des gens de grande expérience. Il est de ces films qui ne font pas mourir mais vivre le cinéma français. Sans eux, les Césars n'auraient pas grand chose à célébrer, et c'est dommage que les maîtres de cérémonie ne soient pas capables d'en dire du bien, tout simplement.

Emmanuelle Riva, elle, en recevant son César, eut les mots simples et touchants qu'on avait envie d'entendre. Jean-Louis Trintignant aussi, joint par téléphone, sut dire merci du fond du coeur.

On n'en demandait pas plus. Ce n'était pas bien compliqué de leur dire merci à eux aussi, ces artistes à la longue et belle carrière, sans vaine provocation et avec une vraie affection!


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique