logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/05/2013

Retraites et injustice: plait-il?

Mariesol.jpegAujourd'hui (mardi 14 mai) sur Europe 1, interrogée par Bruce Toussaint sur la réforme des retraites prévue pour cette année, Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a déclaré que la réforme serait orientée vers plus de justice. 

"Plus de justice, me suis-je dit? Ca veut forcément dire que le mode de calcul de la retraite des fonctionnaires va se rapprocher de celui des retraités du secteur privé". 

Il n'y avait aucune agressivité dans cette pensée. Comme tout le monde, j'ai beaucoup de fonctionnaires autour de moi, dévoués, et qui ne roulent pas sur l'or. Depuis la réforme de 2011, ils vont partir à la retraite au même âge que les autres, et avec une durée de cotisation identique.

Reste que leur taux de remplacement sera calculé en fonction des six derniers mois de leur carrière, contre vingt-cinq années pour les salariés du privé. Même si leur statut doit absolument être particulier, puisque leur mission est particulière, on peut parler d'injustice, quand la crise est si dure que le chômage s'abat impitoyablement sur des millions de gens.

Mais à ma grande surprise, l'injustice que Marisol Touraine évoquait visait la différence entre la retraite des hommes et la retraite des femmes. Pourtant, Madame la ministre, ce n'est pas en réformant les retraites que vous réduirez ou effacerez cet écart! C'est en veillant à l'égalité des salaires pour des responsabilités égales, et en favorisant l'accès des femmes aux fonctions qu'elles peuvent occuper! Pour ce qui est de leur retraite, elles y cotisent selon leurs salaires, exactement dans les mêmes proportions que les hommes!

Les femmes ont des retraites minables parce qu'elles ont eu des carrières minables. Plus souvent bachelières que les hommes, elles restent plus bas dans la hiérarchie et sont depuis 2009 encore plus souvent chômeuses que les hommes et plus souvent condamnées à des temps partiels. Il n'y aura pas de miracle: leur retraite sera lamentable. 

Quant à l'éventualité de désindexer les retraites de base, Marisol Touraine l'a rejetée en affirmant que cela aboutirait à réduire le pouvoir d'achat de ceux qui n'ont pas de complémentaire. Mais ceux-là, vu le montant moyen des retraites de base, ce n'est pas leur pouvoir d'achat que ça réduirait, c'est leur pouvoir de vivre!

Bref, notre ministre m'a mise de mauvaise humeur. Jusqu'à ce qu'elle dise quelque chose qui m'a enfin rendu le sourire: elle affirme que le gouvernement s'attache avant tout à garantir la pérennité d'un système solidaire, et à ne pas laisser les intérêts privés s'engouffrer par la grande porte que leur ouvre le pessimisme ambiant. Sur sa sincérité, là, je n'avais pas de doute. Et même si je ne me berce pas de promesses, par les temps qui courent, croire en la sincérité d'un responsable politique, c'est déjà beaucoup.


 

22/04/2013

Nous tous, vus par les manuels scolaires

Les éditeurs de manuels scolaires se sont réunis en séminaire, vendredi, pour réfléchir ensemble: comment refléter la société d'aujourd'hui, comment mieux lutter contre les discriminations?

Evidemment, la société n'est plus celle-ci:

photo 1.jpg


 

Ni celle-là:

photo 2.jpg


 

Même si on peut avoir la nostalgie d'un enseignement comme ça:

photo 3.jpg


 

Et que de vaines polémiques autour de ça:

photo 4.jpg

Mais pour finir, tous ces livres avaient en commun de présenter un modèle de société simple et cohérent, et tous ces livres avaient une ambition: nous enseigner la même chose à tous. Aujourd'hui, on dirait qu'il n'y a plus que des cas particuliers.

Il faut faire attention à la couleur des gens, à leur orientation sexuelle, à l'image de la femme, à l'égalité et même l'interchangeabilité (pardon pour ce mot affreux) du rôle des hommes et des femmes, à la façon dont on raconte les faits historiques, aux convictions, croyances et superstitions de tous, on dirait que nous ne sommes plus qu'une accumulation de particularismes et de susceptibilités à préserver.

Si on pouvait au moins se mettre d'accord sur le fait que tout ça, c'est du luxe, car la vérité c'est que trop d'enfants quittent le primaire sans savoir vraiment bien lire, ni bien écrire, ni bien compter, ni d'ailleurs tant que j'y suis, ni bien se tenir, ni bien parler, ni bien distinguer entre ce qui se fait et ce qui ne se fait pas, entre ce qui va leur attirer des ennuis et ce qui va les garder en sécurité, ce qui obère leur avenir et ce qui préserve leurs chances, bref, si on pouvait revenir à l'égalité des chances dès la maternelle et renforcer cette égalité classe après classe dans le primaire, on aurait peut-être, au collège et au lycée, le loisir de fignoler les représentations des uns et des autres et prendre garde à respecter tout le monde. Mais de fait, au collège particulièrement, les enseignants sont surtout confrontés à ce qui relève typiquement du primaire.

Deux remarques pour finir:

1 - La France est le seul pays au monde qui laisse entière liberté aux éditeurs de livres scolaires pour interpréter comme ils l'entendent le programme imposé par l'Education nationale. C'est un signe de confiance précieux, dont nous pouvons être fiers!

2 - J'ai découvert, grâce à ce séminaire d'éditeurs de livres scolaires, que nous avions au gouvernement une "ministre déléguée à la réussite éducative". Et notre ministre de l'éducation nationale, il fait quoi, alors? J'imagine que là aussi, nous sommes les seuls au monde. 

 

 

16/04/2013

Boston: sur quelles images nos petits-enfants vont-ils tomber?

C'est les vacances scolaires dans plusieurs académies. Nos petits-enfants sont chez nous? A nous, alors, d'être attentifs à la façon dont ils vont percevoir l'attentat de Boston.

Les enfants, loin de chez eux, et même avec des grands-parents tendrement aimés, sont toujours plus anxieux.

20130416-BOSTON-slide-7QMV-articleInline.jpgS'ils ont malencontreusement vu les actualités, à nous de trouver les mots tout simples pour leur expliquer brièvement ce qui s'est passé (photo Winslow Townson/Associated Press).

A nous de leur dire que nos pensées vont vers les victimes et leurs proches, et surtout que ces personnes sont bien pris en charge par des personnes compétentes.

A nous de les rassurer: oui, eux-mêmes sont en parfaite sécurité, oui, leurs parents et leurs frères et soeurs sont en sécurité aussi.

Car sur quelles images vont-ils tomber, à la télévision ou pire, sur Internet?

Nous voudrions leur tisser un petit cocon de bonheur ouaté, quand ils sont chez nous.

Mais l'actualité est là. La planète est si petite, de nos jours. Boston, c'est la porte à côté! et avec tous les proches venus soutenir et filmer leur héros du jour, les images vont déferler sur la Toile. 

Nous, les grands-parents, ne nous laissons pas embarquer par l'actualité. C'est la chance de nos petits-enfants: ils n'en entendront pas parler pendant le repas, et près de nous ils retrouveront vite le rythme rassurant sur lequel ils savent qu'ils peuvent compter.

Bonnes vacances, les grands-parents! Le printemps est enfin là!


 

Jonquilles.jpeg




 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique