logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/04/2013

Premier sourire après le choc Cahuzac...

Je vous le dis d'emblée, comme ça ce sera fait: si je me tais depuis deux semaines, c'est que le scandale Cahuzac m'a coupé le sifflet. 

Pourtant, on n'est pas nés d'hier, on le sait qu'il faut se méfier des donneurs de leçons. Le premier qui crie "à mort l'assassin", c'est souvent lui, le coupable! Et notre ministre du budget déclarait encore, le 12 novembre dernier au quotidien Libération«Pas question que certains puissent continuer à se soustraire à cet effort de solidarité nationale par la fraude ou des manoeuvres abusives». 

Il n'y a que le silence, sans doute, pour dire le mépris et la tristesse que ça inspire.

Mais hier, en sortant du cinéma le sourire aux lèvres, j'ai eu envie de vous raconter Quartet, le film que j'avais vu. Je vous laisse d'abord découvrir la bande-annonce.

 

 

 

Tout est charmant dans ce film, cousu de fil blanc. Et tout est si vrai. La force des émotions amoureuses, par exemple, même quand on a 80 ans. Et la joie qui fait oublier l'âge, la douceur de la solidarité, le bonheur qui rôde dans un grand jardin ou qui vous enflamme les joues quand un tonnerre d'applaudissements vous est destiné...

Bref, c'est donc l'histoire d'une maison de retraite dans la campagne anglaise, qui accueille des musiciens professionnels.

Le metteur en scène, Dustin Hoffman, 75 ans, a eu la bonne idée de ne prendre que de vrais musiciens, et de premier plan, pour jouer tous les rôles autres que ceux des quatre héros. Grâce à cela, l'atmosphère est vraie d'un bout à l'autre. 

Et je me suis demandée, après avoir vu ce film si entraînant, si ce serait une bonne idée d'avoir des maisons de retraite pour chaque profession. 

Peut-être que tout le monde n'aimerait pas ça, mais l'avantage, ce n'est pas seulement qu'on peut parler ensemble de choses qu'on connaît très bien, dont on est même expert, et qui ont été notre fierté. 

L'avantage, c'est aussi que ça donne une sorte de continuité à notre vie.

Quand ma belle-mère est arrivée dans sa maison de retraite, elle ne savait rien du passé des autres, qui eux-mêmes ne savaient rien de son passé à elle. Ils ne se situaient pas du tout, les uns et les autres, et ne se parlaient que de leur famille, ou de leur ville d'origine.

Quand ils organisaient des jeux ou des activités, ça pouvait intéresser un peu tout le monde, comme le scrabble, des concours de dictées, des films à la télé, des spectacles de clowns, mais ça n'intéressait pas particulièrement qui que ce soit.

Si on était par métier, on pourrait réaliser des choses ensemble, exactement comme, dans Quartet, les musiciens âgés s'excitent au fur et à mesure que leur soirée de gala approche, et qu'ils vont devoir donner une représentation. D'autant plus que la recette contribue à financer leur maison de retraite!

Il y a certainement des maisons de retraite pour les enseignants, ou pour les militaires, par exemple. Je ne sais pas si ça leur plaît. Imaginons des maisons pour les professions médicales, pour les juristes, pour les métiers du bâtiment, pour les artisans... Peut-être que moi, une maison de retraite pour les journalistes, ça me plairait. On ferait un journal, on monterait une radio, une web-TV, un site Internet... Et, comme dans Quartet, où on voit les musiciens de 80 ans expliquer la musique classique à des adolescents, nous aussi nous pourrions ouvrir la porte de notre maison à des jeunes, et parler métier.

Si vous avez de l'expérience dans ce domaine, ça me ferait plaisir que vous écriviez un commentaire, pour la partager avec nous tous!



13/03/2013

Gardez le volant!

Au lieu de trembler de peur à l'idée de mal vieillir, de perdre la boule, de peser sur ses enfants etc., nous ferions mieux de créer une société accueillante pour tout le monde, et même pour ceux qui sont jeunes et vont très bien!

C'est en gros le sens que Michèle Delaunay, ministre déléguée aux personnes âgées et à l'autonomie, donne à sa mission.

Elle s'est fait remettre trois rapports, dont l'un est consacré à l'adaptation de la société au vieillissement.

Parmi bien des propositions, ce rapport souligne que bien vieillir, ce n'est pas rester cloîtré chez soi faute de moyens de transport, mais pouvoir bouger aussi longtemps que possible.

michèle delaunay,luc broussyEn dehors d'une politique de transports en communs, cela signifie rester au volant le plus longtemps possible, d'une part, et ne pas avoir peur de se faire renverser en traversant la rue, d'autre part.

Rester au volant le plus longtemps possible n'est pas une utopie, car on est lent et prudent quand on est vieux, ce qui nous met à l'abri des dangers principaux que sont la vitesse et l'alcool. 

Mais l'inquiétude est là, on ne se fait plus confiance, nos enfants poussent les hauts cris dès qu'il y a une rayure (de plus... hum hum) sur notre voiture, et du coup, on roule de moins en moins. Jusqu'au jour où on risque de ne plus rouler du tout, et de rester triste et abattu chez soi, à moitié assoupi devant la télé, ce qui est très mauvais pour le moral et pour la santé.

Le rapport préconise entre autres que nous fassions des stages de mise à niveau, comme ceux qu'organise la Prévention routière. C'est très sympa d'être entre gens comme nous, qui aiment vivre actifs, en bougeant, et sans inquiétude inutile.

Pour ce qui est des piétons, le rapport préconise que les feux rouges soient plus longs, afin que ceux qui traînent un peu la patte aient le temps de traverser sans se bousculer.

Alors là, l'intention est bonne, mais l'idée est très mauvaise. Si on veut que les automobilistes accélèrent encore plus quand le feu passe à l'orange, et qu'ils brulent le feu encore plus souvent, il n'y a qu'à leur faire peur en leur disant que le rouge va durer... durer... durer... Y compris quand il n'y a personne, en pleine nuit...

En fait, les feux, c'est dangereux parce qu'ils sont peu respectés, et en michèle delaunay,luc broussyplus c'est moche, et en plus ça fait du bruit pour ceux qui habitent près du carrefour. Toute la journée et toute la nuit les malheureux entendent les gens qui redémarrent, le pire étant les carrefours où circulent des autobus avec leur moteur d'enfer.

Une ville sympa pour tout le monde y compris les moins jeunes, c'est une ville où les voitures roulent à 30 à l'heure et où tout est conçu pour qu'on n'aille pas plus vite. Non par des interdictions, des panneaux partout, des contrôles et des contraventions, mais par des aménagements des rues et des croisements qui font que piétons, cyclistes et automobilistes cohabitent gentiment, sans avoir à se forcer.

Parfois, des fleurs dans des bacs, à l'entrée d'une rue, suffisent pour que les voitures ralentissent sans que personne ne s'énerve! Alors à bas les feux au croisement d'artères toutes droites, vive les fleurs au bord de rues aux larges trottoirs, où l'espace est partagé par tous, avec ou sans moteur, avec ou sans roues, avec ou sans canne! 

 michèle delaunay,luc broussy

28/02/2013

Ehpad, pas prison!

Les prisons et d'une façon générale les endroits où on est détenu - comme pendant une garde à vue ou à l'hôpital psychiatrique si on y a été interné d'office - doivent être surveillés afin que les personnes qui font l'objet de cette rétention soient traitées correctement.

La France n'a malheureusement pas de bonnes habitudes en ce domaine, ses prisons sont vétustes et surpeuplées, et dans beaucoup de commissariats les geôles sont en piteux état.

C'est pourquoi a été créé en 2008 le poste de Contrôleur général des lieux de privation de liberté, en l'occurrence Jean-Marie Delarue, qui rend chaque année son rapport au président de la République.

Permettez-moi de signaler au passage que ces lieux étaient déjà, de droit, contrôlés par de multiples instances, mais apparemment sans efficacité puisqu'il a fallu en créer une de plus.

Dans son tout dernier rapport, le Contrôleur général suggère que les Ehpad soient également placés sous son contrôle. Selon lui, donc, ce sont des lieux de privation de liberté, comme une prison.

Cette proposition qui me fait bondir a pourtant été étudiée avec pondération par Michèle Delaunay, ministre en charge des personnes âgées. Ce qui ne l'empêche heureusement pas de conclure sur son blog qu'en gros c'est une mauvaise idée.

Quant à moi, je trouve qu'on mélange tout.

Oui, les précautions s'accumulent, particulièrement dans certains Ehpad, où on multiplie les sas, les digicodes, les bracelets et les puces électroniques censés donner l'alarme si un résident sort inopinément. Mais comment en serait-il autrement, puisque nous jugeons par ailleurs inacceptable que nos proches confiés à des Ehpad puissent en sortir au risque de s'égarer? 

Cet hiver, trois personnes âgées sont mortes de froid dans ces circonstances. Ces tragédies ont donné lieu à un concert de protestations unanime: comment pouvait-on sortir d'un Ehpad sans que le personnel s'en aperçoive sur le champ? Des familles ont d'ailleurs immédiatement annoncé leur intention de porter plainte.

On les comprend! Mais cela envoie un message très clair aux Ehpad: par tous les moyens, sous peine de poursuites, il leur faut garantir à 100% que le résident ne sortira pas inopinément. Allez vous étonner, après, que les précautions prises soient draconniennes. Au point que certains Ehpad peuvent ressembler à s'y méprendre à des lieux de privation de liberté.

Si nous voulons qu'une certaine liberté soit garantie à nos proches résidents d'Ehpad, même très désorientés, nous devons aussi reconnaître que cette liberté s'accompagnera d'un risque accru. Et nous devons choisir entre ce risque et la coercition. Ce n'est pas facile. Mais le Contrôleur général n'a rien à voir avec ça, car quand nous confions un proche à un Ehpad, c'est parce que là, dans un environnement professionnel pensé pour lui de A à Z, nous espérons qu'il sera quand même plus libre que chez lui où, hélas, plus rien n'est possible.

C'est tellement douloureux de voir ceux qu'on aime perdre le nord, qu'on aimerait bien que des gens qui font autorité, comme le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, sachent garder leur cap.

(Chacun pourra consulter le rapport en question à partir du 4 avril sur le site dédié.)

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique