logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/04/2013

Premier sourire après le choc Cahuzac...

Je vous le dis d'emblée, comme ça ce sera fait: si je me tais depuis deux semaines, c'est que le scandale Cahuzac m'a coupé le sifflet. 

Pourtant, on n'est pas nés d'hier, on le sait qu'il faut se méfier des donneurs de leçons. Le premier qui crie "à mort l'assassin", c'est souvent lui, le coupable! Et notre ministre du budget déclarait encore, le 12 novembre dernier au quotidien Libération«Pas question que certains puissent continuer à se soustraire à cet effort de solidarité nationale par la fraude ou des manoeuvres abusives». 

Il n'y a que le silence, sans doute, pour dire le mépris et la tristesse que ça inspire.

Mais hier, en sortant du cinéma le sourire aux lèvres, j'ai eu envie de vous raconter Quartet, le film que j'avais vu. Je vous laisse d'abord découvrir la bande-annonce.

 

 

 

Tout est charmant dans ce film, cousu de fil blanc. Et tout est si vrai. La force des émotions amoureuses, par exemple, même quand on a 80 ans. Et la joie qui fait oublier l'âge, la douceur de la solidarité, le bonheur qui rôde dans un grand jardin ou qui vous enflamme les joues quand un tonnerre d'applaudissements vous est destiné...

Bref, c'est donc l'histoire d'une maison de retraite dans la campagne anglaise, qui accueille des musiciens professionnels.

Le metteur en scène, Dustin Hoffman, 75 ans, a eu la bonne idée de ne prendre que de vrais musiciens, et de premier plan, pour jouer tous les rôles autres que ceux des quatre héros. Grâce à cela, l'atmosphère est vraie d'un bout à l'autre. 

Et je me suis demandée, après avoir vu ce film si entraînant, si ce serait une bonne idée d'avoir des maisons de retraite pour chaque profession. 

Peut-être que tout le monde n'aimerait pas ça, mais l'avantage, ce n'est pas seulement qu'on peut parler ensemble de choses qu'on connaît très bien, dont on est même expert, et qui ont été notre fierté. 

L'avantage, c'est aussi que ça donne une sorte de continuité à notre vie.

Quand ma belle-mère est arrivée dans sa maison de retraite, elle ne savait rien du passé des autres, qui eux-mêmes ne savaient rien de son passé à elle. Ils ne se situaient pas du tout, les uns et les autres, et ne se parlaient que de leur famille, ou de leur ville d'origine.

Quand ils organisaient des jeux ou des activités, ça pouvait intéresser un peu tout le monde, comme le scrabble, des concours de dictées, des films à la télé, des spectacles de clowns, mais ça n'intéressait pas particulièrement qui que ce soit.

Si on était par métier, on pourrait réaliser des choses ensemble, exactement comme, dans Quartet, les musiciens âgés s'excitent au fur et à mesure que leur soirée de gala approche, et qu'ils vont devoir donner une représentation. D'autant plus que la recette contribue à financer leur maison de retraite!

Il y a certainement des maisons de retraite pour les enseignants, ou pour les militaires, par exemple. Je ne sais pas si ça leur plaît. Imaginons des maisons pour les professions médicales, pour les juristes, pour les métiers du bâtiment, pour les artisans... Peut-être que moi, une maison de retraite pour les journalistes, ça me plairait. On ferait un journal, on monterait une radio, une web-TV, un site Internet... Et, comme dans Quartet, où on voit les musiciens de 80 ans expliquer la musique classique à des adolescents, nous aussi nous pourrions ouvrir la porte de notre maison à des jeunes, et parler métier.

Si vous avez de l'expérience dans ce domaine, ça me ferait plaisir que vous écriviez un commentaire, pour la partager avec nous tous!



13/03/2013

Un nouveau François 1er?

images-2.jpegEst-ce que cette photo (ctvnews.ca) n'est pas charmante? Prise sur la place Saint-Pierre, à Rome, ces jours-ci, elle montre deux cardinaux malmenés par le vent et la pluie. 

A gauche, le Canadien, Marc Ouellet, qui figurait parmi les favoris pour devenir pape. 

A droite, un inconnu, argentin, Jorge Mario Bergoglio, qui vient d'être Unknown-1.jpegélu, et a choisi de s'appeler François, en hommage à François d'Assise. François 1er, donc, ce qui pour un Français sonne curieusement, mais nous nous y habituerons très vite!

En fait, ce que je me disais surtout, c'est qu'à 76 ans, avoir à assumer de telles fonctions, redonner un tel coup de fouet à sa vie, se hisser à la hauteur de telles responsabilités, ça devait nous faire réfléchir.

A 76 ans, les anciens de la SNCF sont à la retraite depuis plus de vingt ans quand ils avaient un poste sédentaire, et depuis plus d'un quart de siècle pour les agents de conduite.

Et il n'y a pas qu'eux. Les instituteurs qui ont aujourd'hui l'âge de François 1er (rien à faire, ça me fait drôle!) sont à la retraite depuis 1992. Vous vous souvenez? Edith Cresson était premier ministre... ça ne date pas d'hier!

Bref, bon courage à François 1er, il lui en faudra, et de la force, et de la santé. Mais après tout, il a quand même 443 ans de moins que le précédent ;-)


images-3.jpeg


PS: quelques heures après l'élection du nouveau pape, nous apprenions qu'il convenait de l'appeler François, tout simplement. 

12/02/2013

Vatican: réforme de la retraite

Ppae.jpegAvec l'annonce du retrait de Benoit XVI (photo Reuters/Stefan Wermuth), le Vatican vient de révolutionner son système de retraite. Disons-le en souriant, comme une taquinerie mais sans impertinence!


Cette nouvelle change en profondeur l'exercice de la papauté. Car désormais, et sans doute pour les siècles qui viennent, les papes successifs vont vivre leur ministère bien différemment de leurs prédécesseurs.

A tout moment, un peu comme n'importe lequel d'entre nous, ils vont sentir peser sur eux le regard de leur entourage professionnel. On sait que ce regard a mille raisons de ne pas toujours être tendre. Et si les futurs papes veulent, même âgés, persévérer dans leur lourde charge, parce qu'ils y ont pris goût ou parce qu'ils ont un projet à mener à bien, pourront-ils résister aux pressions? Celles des cardinaux qui briguent leur succession, celles des évêques qu'ils ont contrariés, celles de la presse qui les critique, celles des fidèles s'ils ne sentent plus leur confiance... Ne risquent-ils de renoncer à leurs convictions, pour essayer de plaire, pour éviter de fâcher, pour rester dans le courant, pour rester populaires, en somme, à tout prix?

A moins que, pour clarifier les choses, il ne soit décidé d'un âge limite au-delà duquel la retraite est automatique. Par exemple 80 ans, comme c'est déjà le cas pour les cardinaux.


Riva.jpgMais de quoi cela nous priverait-il? Le jour où nous apprenions que Benoit XVI se retirait, à 85 ans, nous apprenions aussi que les Anglais désignaient Emmanuelle Riva, 85 ans, meilleure actrice de l'année pour son rôle dans Amour (photo AFP). Elle qui eut, avec Jean-Louis Trintignant, les honneurs du Festival de Cannes. Elle qui aura, peut-être, l'Oscar à Hollywood.

Alors, une fois de plus, on le voit, l'âge ne veut rien dire. Benoit XVI s'est senti épuisé, et il est sans doute le premier et le dernier pape des temps modernes qui a eu la liberté de choisir en toute connaissance de cause, après mûre réflexion et sans pression, le moment de dire au-revoir. Unique, Benoit!

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique