logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/05/2013

Cancer: faire comme Lara Croft, à titre préventif?

Les seins d'une femme, quel que soit son âge, lui sont infiniment précieux. L'amputation parfois imposée pour des questions de survie est une lourde épreuve, surmontée par l'enjeu lui-même, et d'autant mieux qu'on se sait aimée.

Lara.jpegCette semaine, nous avons appris que l'actrice Angelina Jolie, 38 ans, dont la plastique exceptionnelle lui valut d'incarner la créature de rêve - au sens propre! - Lara Croft, avait pris la décision de se faire retirer les deux seins, à titre préventif. En effet, elle se savait porteuse d'une mutation de gène qui aboutissait, selon ses propres déclarations, à un risque personnel de cancer du sein de 87%. Sa mère elle-même était morte du cancer des ovaires à l'âge de 56 ans. 

Après cette double ablation et les opérations de reconstruction, quand tout donc fut fini et qu'elle se sentit rétablie, Angelina fit le choix de révéler publiquement l'intervention qu'elle avait subie, et de s'en expliquer.

Son texte, paru dans le quotidien américain New York Times, est clair, direct, positif, émouvant. Elle précise qu'une fraction seulement des cancers du sein sont liés à la mutation du gène BRCA1 dont elle est porteuse. Je vous traduis les deux derniers paragraphes:

"Je publie cette histoire parce que bien des femmes ne savent pas que l'ombre du cancer plane sur elles. Je voudrais qu'elles aussi puissent faire rechercher ce gène, et que si elles encourent un risque élevé, elles sachent qu'elles ont de vrais choix à faire.

La vie nous soumet à toutes sortes de défis. Ceux que nous pouvons relever et contrôler ne doivent pas nous faire peur."

Je respecte, bien sûr, et même j'admire cette façon d'affronter les obstacles. Plus encore venant d'une femme jeune, qui doit beaucoup à sa beauté, à son sex-appeal, et qui montre qu'il y a bien d'autres choses dans la vie. Quand je vois une photo d'elle comme celle-ci (trouvée parmi tant d'autres sur le site stars-photos), j'admire d'autant plus son renoncement, sa capacité à faire face et à hiérarchiser les enjeux.

 

angelina_jolie_allongee_provocante_divan_gratte_tissu_doigt_chveux_courts_sp001_resize.jpg


Mais je trouve qu'il faut aussi, pour nous, pour nos filles, remettre les choses en perspective. Allons-nous toutes nous précipiter pour faire faire une recherche génétique? Une mutilation aussi rude que celle des seins va-t-elle se banaliser? Ma mère, ma soeur et une de mes grand-mères ont souffert d'un cancer du sein, dois-je vraiment faire plus qu'être suivie tous les ans par un médecin attentif?

Calmons-nous et gardons les pieds sur terre. Les Américains sont parfois très radicaux, on le sait, et peu conservateurs. La mutation génétique dont est porteuse Angelina Jolie est rarissime, et même dans son cas, l'intervention à titre préventif se discute.

Parlons à nos médecins, et consultons sur Internet les sites compétents (je suis pour ma part adepte des sites canadiens, qui sont sobres et accessibles. Sur ce sujet, par exemple, vous pouvez lire ceci ou ceci).

Les grandes stars qui partagent avec le public leurs expériences difficiles ont beaucoup de courage, et leur prise de parole est bénéfique parce qu'elle aide tout un chacun à se sentir moins seul, moins diminué.

Mais ce qu'a dû affronter la belle compagne de Brad Pitt, sublime maman de Shiloh, Zahara, Maddox, Pax Thien, Knox et Vivienne Marcheline, est encore plus rare que le prénom de ses cinq enfants. Heureusement! Et ils feront d'elle, un jour, la plus sexy de toutes les grand-mères du monde!




14/05/2013

Retraites et injustice: plait-il?

Mariesol.jpegAujourd'hui (mardi 14 mai) sur Europe 1, interrogée par Bruce Toussaint sur la réforme des retraites prévue pour cette année, Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a déclaré que la réforme serait orientée vers plus de justice. 

"Plus de justice, me suis-je dit? Ca veut forcément dire que le mode de calcul de la retraite des fonctionnaires va se rapprocher de celui des retraités du secteur privé". 

Il n'y avait aucune agressivité dans cette pensée. Comme tout le monde, j'ai beaucoup de fonctionnaires autour de moi, dévoués, et qui ne roulent pas sur l'or. Depuis la réforme de 2011, ils vont partir à la retraite au même âge que les autres, et avec une durée de cotisation identique.

Reste que leur taux de remplacement sera calculé en fonction des six derniers mois de leur carrière, contre vingt-cinq années pour les salariés du privé. Même si leur statut doit absolument être particulier, puisque leur mission est particulière, on peut parler d'injustice, quand la crise est si dure que le chômage s'abat impitoyablement sur des millions de gens.

Mais à ma grande surprise, l'injustice que Marisol Touraine évoquait visait la différence entre la retraite des hommes et la retraite des femmes. Pourtant, Madame la ministre, ce n'est pas en réformant les retraites que vous réduirez ou effacerez cet écart! C'est en veillant à l'égalité des salaires pour des responsabilités égales, et en favorisant l'accès des femmes aux fonctions qu'elles peuvent occuper! Pour ce qui est de leur retraite, elles y cotisent selon leurs salaires, exactement dans les mêmes proportions que les hommes!

Les femmes ont des retraites minables parce qu'elles ont eu des carrières minables. Plus souvent bachelières que les hommes, elles restent plus bas dans la hiérarchie et sont depuis 2009 encore plus souvent chômeuses que les hommes et plus souvent condamnées à des temps partiels. Il n'y aura pas de miracle: leur retraite sera lamentable. 

Quant à l'éventualité de désindexer les retraites de base, Marisol Touraine l'a rejetée en affirmant que cela aboutirait à réduire le pouvoir d'achat de ceux qui n'ont pas de complémentaire. Mais ceux-là, vu le montant moyen des retraites de base, ce n'est pas leur pouvoir d'achat que ça réduirait, c'est leur pouvoir de vivre!

Bref, notre ministre m'a mise de mauvaise humeur. Jusqu'à ce qu'elle dise quelque chose qui m'a enfin rendu le sourire: elle affirme que le gouvernement s'attache avant tout à garantir la pérennité d'un système solidaire, et à ne pas laisser les intérêts privés s'engouffrer par la grande porte que leur ouvre le pessimisme ambiant. Sur sa sincérité, là, je n'avais pas de doute. Et même si je ne me berce pas de promesses, par les temps qui courent, croire en la sincérité d'un responsable politique, c'est déjà beaucoup.


 

22/04/2013

Nous tous, vus par les manuels scolaires

Les éditeurs de manuels scolaires se sont réunis en séminaire, vendredi, pour réfléchir ensemble: comment refléter la société d'aujourd'hui, comment mieux lutter contre les discriminations?

Evidemment, la société n'est plus celle-ci:

photo 1.jpg


 

Ni celle-là:

photo 2.jpg


 

Même si on peut avoir la nostalgie d'un enseignement comme ça:

photo 3.jpg


 

Et que de vaines polémiques autour de ça:

photo 4.jpg

Mais pour finir, tous ces livres avaient en commun de présenter un modèle de société simple et cohérent, et tous ces livres avaient une ambition: nous enseigner la même chose à tous. Aujourd'hui, on dirait qu'il n'y a plus que des cas particuliers.

Il faut faire attention à la couleur des gens, à leur orientation sexuelle, à l'image de la femme, à l'égalité et même l'interchangeabilité (pardon pour ce mot affreux) du rôle des hommes et des femmes, à la façon dont on raconte les faits historiques, aux convictions, croyances et superstitions de tous, on dirait que nous ne sommes plus qu'une accumulation de particularismes et de susceptibilités à préserver.

Si on pouvait au moins se mettre d'accord sur le fait que tout ça, c'est du luxe, car la vérité c'est que trop d'enfants quittent le primaire sans savoir vraiment bien lire, ni bien écrire, ni bien compter, ni d'ailleurs tant que j'y suis, ni bien se tenir, ni bien parler, ni bien distinguer entre ce qui se fait et ce qui ne se fait pas, entre ce qui va leur attirer des ennuis et ce qui va les garder en sécurité, ce qui obère leur avenir et ce qui préserve leurs chances, bref, si on pouvait revenir à l'égalité des chances dès la maternelle et renforcer cette égalité classe après classe dans le primaire, on aurait peut-être, au collège et au lycée, le loisir de fignoler les représentations des uns et des autres et prendre garde à respecter tout le monde. Mais de fait, au collège particulièrement, les enseignants sont surtout confrontés à ce qui relève typiquement du primaire.

Deux remarques pour finir:

1 - La France est le seul pays au monde qui laisse entière liberté aux éditeurs de livres scolaires pour interpréter comme ils l'entendent le programme imposé par l'Education nationale. C'est un signe de confiance précieux, dont nous pouvons être fiers!

2 - J'ai découvert, grâce à ce séminaire d'éditeurs de livres scolaires, que nous avions au gouvernement une "ministre déléguée à la réussite éducative". Et notre ministre de l'éducation nationale, il fait quoi, alors? J'imagine que là aussi, nous sommes les seuls au monde. 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique