logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/11/2011

En souvenir de nos soldats

11 nov..JPGVoici le monument aux morts de la Gare de Lyon, tout fleuri vendredi dernier. C’était peut-être la dernière fois que ce jour férié était officiellement tourné vers le souvenir des victimes de la Grande Guerre. Le président de la République a en effet annoncé une loi qui ferait du 11 novembre « la date de commémoration de la Grande Guerre et de tous les morts pour la France. »

C’était un peu la bousculade, en gare ce jour-là, et pourtant ces fleurs, ces drapeaux m’ont apaisée. Au lieu de chercher, fébrile, le numéro de mon quai, je suis restée un instant pensive. Tant de jeunes hommes. Tous mis au monde, élevés, choyés. Tous sacrifiés. Merci à eux. Et merci au Souvenir Français de si bien entretenir les monuments, fleurir plaques et tombes, créer de nouveaux lieux de mémoire, travaillant ainsi pour l’avenir. Leur devise est magnifique : « A nous le souvenir, à eux l’immortalité ».

Dans le train, je me suis demandé qui aujourd’hui représentait pour moi la guerre. Mon grand-père, rendu à sa jeune femme sur une seule jambe en 1916 ? Mon papa et son frère, venus en uniforme dire au-revoir à leurs parents en 1939 ? Mes cousins germains, vivant à Mostaganem pendant les années de guerre de leur père, qui gardent les séquelles de la bombe sur laquelle ils ont sauté ? Une bombe posée par le FLN dans une salle de cinéma où on projetait un film pour enfants. Ou sans lien avec moi, le colonel Hélie Denoix de Saint Marc, qui a raconté mieux que personne la guerre d’Indochine, douloureuse, méconnue ? Hélie.jpgOu encore ces soldats anonymes, ces hommes braves, souvent simples contractuels, qui au risque de leur vie, au risque des pires blessures, portent les valeurs de notre pays dans des pays qui souffrent. Parce qu’ils ont les qualités pour, parce qu’ils y croient, et parce qu’ils ont une famille à nourrir.

En Amérique comme chez nous, le 11 novembre a d’abord célébré l’armistice de la Grande Guerre. Mais dès 1954, il est devenu « Veterans Day », le Jour des Anciens combattants. On accroche un ruban jaune à sa porte, on s’envoie des cartes de vœux pour se souhaiter un bon « Veterans Day ». J’avoue, j’aime bien. Même si, pour penser à tous les soldats et à toutes les familles que la guerre a soumises à l’épreuve suprême, je n’avais pas franchement besoin d’une loi…

 

ab_YELLOW-RIBBONS2.jpg

06/11/2011

Lettre à Rama Yade, qui dit des bêtises

rama-yade.jpgMadame,

je préférerais attendre que jeunesse se passe et montrer de l'indulgence envers quelqu'un qui a l'âge d'être ma fille. Mais vous avez été deux fois ministre, une fois ambassadeur, et il n'y a donc aucune raison de vous ménager.

Inteviewée jeudi dernier sur le plateau de Complément d'enquête, ce jour-là consacré à l'avenir de la jeunesse, vous avez directement accusé la génération des parents de porter une lourde responsabilité dans les difficultés que rencontrent leurs enfants.

Première accusation: nous les chouchoutons trop. "Si les jeunes ne s'indignent pas encore, c'est qu'ils sont sous la tutelle des familles. Nous sommes un pays méditerranéen, les familles jouent un rôle important, notamment pour loger les jeunes, pour payer les études. Cela agit comme un sédatif. C'est une sorte de mendicité familiale à laquelle les jeunes sont contraints aujourd'hui, parce qu'ils n'arrivent pas à trouver du travail."

Mon commentaire:

1/ Nous ne sommes pas un pays méditerranéen. Les Bretons, les Alsaciens, les gens du Nord, et bien d'autres apprécieront. La force de la France, c'est justement cette diversité, comparable à aucun autre pays d'Europe.

2/ Depuis quand faudrait-il s'excuser d'aider son enfant à faire des études, à se loger? Est-ce que ce n'est pas le devoir de base des parents?

3/ D'où sortez-vous l'idée que seuls les parents "méditerranéens" se saignent aux quatre veines pour aider leurs enfants à préparer leur avenir?

Deuxième accusation: nous sommes égoïstes. "Je dis aux générations précédentes d'être un peu plus solidaires avec la nouvelle génération. Je dis à la génération qui a connu les Trente Glorieuses et qui a aujourd'hui des retraites, de partager un peu le fardeau de la crise avec ses enfants."

Mon commentaire:

1/ Il faudrait savoir. Vous venez de reprocher aux parents de loger leurs jeunes et de leur payer des études.

2/ La génération qui "a des retraites", comme vous dites, est extrêmement solidaire, au point qu'on l'appelle "amortisseur de crise". Puis-je vous suggérer de vous renseigner? Par exemple auprès du Credoc et de son barême des solidarités familiales. Qu'il s'agisse de soutien moral, bricolage, travaux ménagers, aide à la garde d'enfants, participation financière, démarches administratives, don d'argent, prêt d'argent, soins à une personne dépendante, prêt d'un logement ou hébergement à domicile, ou enfin transmission d'un héritage par anticipation, à tous ces items, la génération des 60/69 ans (celle que vous incriminez) a le plus fort score de réponses positives.

3/ Cessez de fantasmer sur le montant des retraites de cette génération. Là aussi, renseignez-vous. Vous semblez bien connaître le taux de pauvreté chez les jeunes et c'est tout à votre honneur. Mais avant d'accuser, apprenez quelques chiffres, ça vous évitera d'être inutilement désagréable et blessante avec les millions de seniors qui, sans avoir grand chose, se débrouillent quand même pour aider les plus âgés, les plus jeunes et les beaucoup plus jeunes.

4/ A quoi jouez-vous en excitant les générations les unes contre les autres? Les jeunes le savent, leurs parents et leurs grands-parents aussi, il y a une grande règle dans la vie, c'est que personne ne gagne rien d'important aux dépens des autres. Les "Indignés" ne le sont pas contre leurs parents, ils le sont contre un système économique et financier dont le plus grand nombre souffre, et dont un tout petit nombre profite. Et leurs parents, leurs grands-parents sont indignés de cela, eux aussi.

Voilà, Madame, ce que je voulais vous dire. Vous avez eu des responsabilités au plus haut niveau, visiblement vous aspirez à en prendre d'autres. Vous allez avoir 35 ans, et vous avez certainement les moyens de votre ambition. Mais vous n'apporterez rien de bon au pays si vous ne choisissez pas de fonder vos propositions sur la vérité plutôt que sur les slogans.

Respectueusement

Geneviève Jurgensen

 

 

 

29/10/2011

C'est jeune et ça s'indigne

Peu de blabla aujourd'hui mais beaucoup d'images. Et encore, je me suis limitée! en effet, il se passe depuis quelques semaines dans le monde entier un événement considérable dont les principaux médias se fichent royalement. Du coup, les dirigeants s'en fichent aussi. Pourquoi se pencheraient-ils sur un phénomène qui n'intéresse pas les médias? Ils n'ont qu'à faire semblant de ne pas voir, eux aussi...

Pourtant, dans 80 pays différents, sur les cinq continents, et dans 1800 villes du monde entier, par millions les gens (surtout des jeunes mais pas seulement) se sont rassemblés pour dire stop à l'argent roi, stop à la finance reine, stop à la dictature des marchés, stop aux pauvres toujours plus nombreux à être encore plus pauvres et stop au super-riches toujours moins nombreux à posséder toujours plus de la richesse mondiale.

Partout des millions de gens veulent seulement un peu plus de justice, ils ne lancent pas de bombes, ils ne mettent pas le feu, leurs slogans sont simples comme bonjour: ils veulent du boulot, un salaire, ils sont les 99% que la presse ignore car seuls 1% de super-puissants les intéresse.

Dans toute cette crise de l'Union européenne et de l'euro, par exemple, vous avez entendu notre président de la République ou Mme Merkel évoquer ces manifestants du monde entier qui veulent juste du travail, de l'équité, un peu de morale? Rien, pas un mot.

Voilà pourquoi j'ai eu envie de vous donner un aperçu de ce ras-le-bol. Leur mouvement s'appelle tantôt "Les Indignés", tantôt "Occupy..." (La première Occupation fut à Wall Street, ça ne s'était jamais produit avant dans toute l'histoire des Etats Unis, et pourtant il a fallu attendre l'arrestation de 700 manifestants sur le pont de Brooklyn pour que la télévision américaine montre quelques images!).

En Amérique, les manifestants disent "Nous sommes les 99%". Les 99% dont on ne se préoccupe pas. Les 99% qui subissent.

Allez... On regarde quelques images!


Berlin

Berlin.png

 

 

Bruxelles

Bruxelles.jpeg

 

Genève

Genève.png

 

Londres

Londres.jpeg

 

Madrid

Madrid.jpeg

 

Montréal
Montreal.jpg

 

Oakland

Oakland.jpeg

 

Séoul

Seoul.png

 

Sydney

Sydney.jpeg

 

Tel Aviv

Tel Aviv.jpg

 

Wall Street

Wall Street.JPG

 

Nous aussi on est les 99%! En 1973, il y a donc près de quarante ans, Alain Peyrefitte écrivait un livre qui a marqué les esprits: "Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera". Mais là, ce sont les 99% qui s'éveillent. C'est le monde qui s'éveille. Et ça fait plaisir à voir.

 

images.jpeg

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique