logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/04/2013

Boston: sur quelles images nos petits-enfants vont-ils tomber?

C'est les vacances scolaires dans plusieurs académies. Nos petits-enfants sont chez nous? A nous, alors, d'être attentifs à la façon dont ils vont percevoir l'attentat de Boston.

Les enfants, loin de chez eux, et même avec des grands-parents tendrement aimés, sont toujours plus anxieux.

20130416-BOSTON-slide-7QMV-articleInline.jpgS'ils ont malencontreusement vu les actualités, à nous de trouver les mots tout simples pour leur expliquer brièvement ce qui s'est passé (photo Winslow Townson/Associated Press).

A nous de leur dire que nos pensées vont vers les victimes et leurs proches, et surtout que ces personnes sont bien pris en charge par des personnes compétentes.

A nous de les rassurer: oui, eux-mêmes sont en parfaite sécurité, oui, leurs parents et leurs frères et soeurs sont en sécurité aussi.

Car sur quelles images vont-ils tomber, à la télévision ou pire, sur Internet?

Nous voudrions leur tisser un petit cocon de bonheur ouaté, quand ils sont chez nous.

Mais l'actualité est là. La planète est si petite, de nos jours. Boston, c'est la porte à côté! et avec tous les proches venus soutenir et filmer leur héros du jour, les images vont déferler sur la Toile. 

Nous, les grands-parents, ne nous laissons pas embarquer par l'actualité. C'est la chance de nos petits-enfants: ils n'en entendront pas parler pendant le repas, et près de nous ils retrouveront vite le rythme rassurant sur lequel ils savent qu'ils peuvent compter.

Bonnes vacances, les grands-parents! Le printemps est enfin là!


 

Jonquilles.jpeg




Commentaires

Je pense que les enfants sont sensibles non pas aux discours rassurants qu'on leur tient, mais à l'attitude des adultes. J'ai assisté à des chutes d'avions pendant la guerre. C'était pour moi un spectacle comme un autre (j'ai honte de le dire maintenant). Jusqu'au moment où j'ai entendu les cris d'une grande personne qui m'ont troublé !

Écrit par : Ignotus | 16/04/2013

Je comprends IGNOTUS. car, enfant de 5 ans, mes parents m'avaient envoyé à la campagne pendant la guerre pour m'éviter les dangers de la ville et par deux fois j'ai vu des combats aériens dans le ciel et nous étions plusieurs petits d' environ 5 à 7 ans et ça nous fascinait mais sans avoir peur.
A la libération mes parents m'ayant récupéré nous sommes allés chez une tante à Paris les chars du Général Leclerc défilaient et notre route passait par là et tout à coup des snipers allemands se sont mis à tirer du haut des toits.Panique générale: ma mère m' a mis au sol et s'est couché sur moi pour faire un rempart.malgré tout je voyais tout, les gens affolés qui couraient et ce dont je me rappelle ce sont les ambulanciers avec la croix rouge sur le brassard qui couraient voûtés pour faire une cible moins grande. Je n'ai pas été traumatisé et chaque fois que j'ai pensé à cet épisode ce sont toujours les brancardiers de la Croix Rouge qui me reviennent en mémoire. Étaient-on plus fort psychologiquement avant ? peut-être et heureusement car les PSY ne fleurissaient pas comme maintenant. Chacun réagit différemment mais je crois que les enfants réagissent bien. C'est aux adultes de se montrer fort dans ces circonstances parfois affreuses car les enfants ont un don de mimétisme et si ils se retrouvent, étant adultes, dans de pareilles circonstances ils réagiront comme vous l'avez fait. Evidemment il y aura toujours des exceptions il ne faut pas généraliser.

Écrit par : HARDY | 18/04/2013

Hardy, vos parents avaient mal choisi leur jour pour rentrer à Paris !
Pourriez-vous me raconter les jours qui ont précédé ? Je vous communiquerais mon email.

Écrit par : Ignotus | 19/04/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique