logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/01/2013

"Ma fille chérie, quand je serai vieille..."

« Ma fille chérie, 

 

Quand tu réaliseras que je vieillis, s’il te plait sois patiente, et surtout, essaie de comprendre ce qui m’arrive.

 

Si, quand nous bavardons, je répète mille fois la même chose, ne m’interromps pas en soulignant : «Tu viens de me le dire, il y a deux minutes! » Contente-toi d’écouter, s’il te plait. Tâche de te souvenir de ton enfance, quand je te lisais la même histoire, soir après soir, jusqu’à ce que tu t’endormes.

 

Si je ne veux pas prendre mon bain, ne te fâche pas, ne me fais pas honte. Souviens-toi quand tu n’étais qu’une enfant, et je te courais après pour obtenir que tu passes sous la douche, malgré tous les prétextes que tu invoquais! 

 

Quand tu constateras que je ne connais rien aux nouvelles technologies, laisse-moi du temps pour m’y faire et ne me regarde pas comme ça... Souviens-toi, mon coeur, qu’avec patience je t’ai appris bien des choses, comme manger proprement, t’habiller toute seule, te démêler les cheveux et faire face à la vie, au jour le jour. 

 

Quand tu réaliseras que je vieillis, je voudrais que tu sois patiente, mais surtout, que tu essaies de comprendre ce qui m’arrive.

 

Si je perds le fil de notre conversation, parfois, donne-moi une minute pour m’y retrouver, et si je n’y arrive pas, ne t’énerve pas, ne hausse pas le ton. Sache, au fond de toi, que ce qui m’importe, c’est d’être avec toi.

 

Et si mes vieilles jambes lasses me ralentissent, donne-moi la main, comme je te donnais la mienne quand tu faisais tes premiers pas. Quand viendra ce temps, ne sois pas triste. Juste, sois là, et comprends-moi, tandis que je chemine vers la fin de ma vie avec tendresse. Je t’aimerai et te remercierai pour ce cadeau que furent le temps et la joie partagés. 

 

Avec un grand sourire et cet amour immense que tu m’as toujours inspiré, je voudrais juste te dire... je t’aime, ma fille chérie. »

 

58608_10151335986868960_1168614629_n.jpg

Ce texte et cette photo sont l’oeuvre d’un artiste mexicain d’avant-garde, Guillermo Peña.

Agé de 58 ans, il est installé aux Etats-Unis.

Commentaires

Magnifique et tellement touchant. J'aurais préféré le texte sans photo pour laisser à chacune le soin de l'imaginer...Une petite remarque. En vieillissant nous sommes sensibles aux images que l'on projette de nous et de nos âges.
Je vous félicite et apprécie votre travail. Je vous souhaite une excellente année 2013
Pierrette

Écrit par : pierrette | 10/01/2013

très jolie, et tellement vrai,cela m'a touchée du fond du coeur, par contre j'essaie de ne pas me projeter dans ma vieillesse,et a tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir!!!!!!
j'aime vous lire et je ne manque pas une semaine, et je vous souhaite une très belle année 2013,pleine de couleurs, de chaleur et de douceur...

Écrit par : janilou | 10/01/2013

Bien des parents pourraient dire ces choses ...et l'enfant le plus aimant à tendance à 's'impatienter peut être plus que nous ne le faisions lorsqu'ils étaient enfants ? ...peut être qu'en tant que jeunes parents nous avions aussi nos impatiences :-)

Écrit par : Eglantine | 10/01/2013

A l'heure où mes parents viennent d'entrer en maison de retraite , j'ai le regard embué en lisant ce texte ....
C'est si difficile de devenir les parents de nos parents ! mais c'est si vrai , dépéchons-nous de leur dire (ou au moins de leur montrer) que nous les aimons et n'oublions pas de le répéter à nos enfants !

Écrit par : destruys | 10/01/2013

J'ai lu ce texte les yeux embués de larmes. Cela me touche tellement! Je m'occupe de mon vieux père (95 ans), et bien souvent je ne lui donne pas le temps de réagir sans que je m'emporte, et je m'inpatiente. Je le regrette aussitôt, mais cela es fait. Il ne me reste plus que lui, et après je sais que cela sera très dur.
Je vous remercie d'avoir publier ce texte, il apprend à réfléchir, et à méditer sur notre comportement vis à vis de nos parents âgés.
Je vous souhaite une excellente année 2013, et continuez à nous faire lire de si beaux messages.

Écrit par : monique | 11/01/2013

Superbe!

Écrit par : Guelou | 14/01/2013

Magnifique ! J'ai 79 ans, et je ne me rendais pas compte, lorsque j'étais plus jeune, que je ralentirais autant.... Pardon maman, pardon papa.

Écrit par : Denise | 14/01/2013

Quel beau texte. J'en ai pleuré. Je le recopie. Merci

Écrit par : Bibirène | 14/01/2013

Magnifique, j'en ai les larmes aux yeux, merci

Écrit par : grossi | 14/01/2013

Comme c'est vrai! je vois mes impatiences face aux lenteurs de ma maman de 90 ans.
Mais aussi ma présence constante auprès d'elle, ma disponibilité quand elle a besoin de moi
Ce texte fait réfléchir et me reviendra à l'esprit quand ce sera nécessaire.
J'ai déjà 70 ans et bientôt peut-être serai-je la maman à supporter, à protéger...
Mais voilà je n'ai pas de fille, j'ai 2 fils eux même mariés et père de famille, ils m'aiment, je le sais, mais seront ils aussi disponibles pour moi que je le suis pour ma mère?
J'ai quand même bien envie de leur envoyer ce texte!

Écrit par : Jocelyne | 14/01/2013

Merci à vous car votre écrit est très prenant et me touche énorrmément. Je me permet de vous recopier pour le donner à mes enfants et qu'ils comprennent qu'ils devront sans doute être patient avec moi, quand le moment se présentera. Bonne Année à vous

Écrit par : Sandrine | 14/01/2013

Merci de ce beau texte qui m'a émue aux larmes.On vit tous ça un jour ou l'autre avec ses parents,et il faut beaucoup d'amour pour les accompagner ,et surtout beaucoup de patience dans ce siècle ou l'on ne prends plus le temps de rien.
Je vais recopier ce texte et le diffuser ,il a le mérite d'étre lu et relu!!!

Écrit par : hummel | 14/01/2013

Ce joli texte m'a laissé sans voix et les larmes aux yeux..... Mes filles sont adorables mais sont impatientes de vivre leur propre vie sans prendre le temps de donner le temps au temps
et ne comprennent pas toujours que l'on soit plus longue à réfléchir à 80 ans !
Tout est résumé dans ce texte, la naissance, l'adolescence, la vie de femme, l'amour que l'on adonné en tant que Maman.. Merci du fond du coeur !

Écrit par : Nelly Amiach | 16/01/2013

Ce texte m'émeut aux larmes à chaque lecture... Et relecture...
Il est criant de vérité quand on a une maman de 90 ans et dont on accepte mal le fait qu'elle diminue physiquement et intellectuellement.. De ce fait on a tendance à perdre patience
Pourtant ele est là et c'est déjà un grand bonheur qu'on devrait apprécier à sa juste valeur !
Je me suis permise de le publier sur Facebook pour que mes enfants et amis en prennent connaissance

Écrit par : Liliane | 17/01/2013

Très beau texte magnifique, il devrait figurer dans toutes les maisons de retraites et là
où se trouvent les personnes en soin, mais quelle émotion ! merci

Écrit par : giordan | 23/01/2013

Merci


quelle forte, tout est resumé dans ce texte, BRAVO

Écrit par : FOUASSE G | 24/01/2013

Très émouvant , ce message je l'ai adressé à tous mes frères et soeurs. A réflèchir murement et agir en consèquence ......

Écrit par : alcacer | 25/01/2013

Merci de ce beau texte que je vais partager. Entre la génération de nos vieux parents, passés 90 ans et de nos petits enfants, ce texte permet de s'arrêter, de savourer, de laisser le temps à sa juste place pour méditer sur les richesses de la Vie.

Écrit par : Claire Carré | 01/02/2013

texte poignant qui illustre ce que je dis tres souvent avancer dans l'age(viellir)c'est redevenir un enfant comme un cercle qui se referme je me suis permis de partager le lien sur faceboock

Écrit par : vollereux bernard | 05/02/2013

texte poignant qui illustre ce que je dis tres souvent avancer dans l'age(viellir)c'est redevenir un enfant comme un cercle qui se referme je me suis permis de partager le lien sur faceboock

Écrit par : vollereux bernard | 05/02/2013

trés poignant ,trés touchant,j avais les larmes aux yeux ,c est vrai que beaucoup d enfants ne s'occupes plus des parents comme dans le temps nous ,avec les n'autres ,méme sur les tombes souvent ,elles restes a l 'abandon ,c est pour cela ,que j ai décidé de me faire incinérer ,comme sa je ne finirai pas dans une fosse commune .je vais paraître dur pour certaine personne ,mais pourtant c est réelle malheureusement .

Écrit par : jeannine | 08/02/2013

C'est un beau texte et tellement vrai !
C'est vrai aussi que je "m'énerve" ou que je suis "agacée" par les réflexions ou les attitudes de mes parents et pourtant je vois déjà ma fille être "agacée" ou "dérangée" par ce que je dis ou fait ..Pourtant je n'ai pas encore 85 ans ! alors , qu'est-ce qu'on fait ???

Écrit par : nanne | 12/02/2013

Cruelle est l'image qui renvoie à la décrépitude de l'âge autant physique qu'intellectuelle
La lenteur des gestes et de l'esprit
Les joies qui se raréfient chaque jour
Le grand saut qu'on appréhende, heureux ceux qui peuvent encore entendre cette phrase "maman, papa, je vous aime"

Écrit par : f.jegou | 13/02/2013

Je viens de lire sur Jepoeme le même texte ... seriez-vous la même personne ?

Écrit par : Guy Tronchet | 11/06/2013

Bonjour,

Je suis tombée sur une variante via facebook !
Votre texte est à la fois émouvant et criant de vérité.

Sandrine.

Écrit par : Cheveux | 02/07/2013

Bonjour Sandrine,

Pouvez vous me dire ou pourrais je voir la variante de ce texte émouvant et touchant sur Facebook SVP ?

Cindy.

Écrit par : Cindy | 01/11/2013

Chère Geneviève, je vous reconnais bien là. Votre texte est très beau

Écrit par : Alain Le Pourhiet | 13/07/2013

Bonjour, je lis souvent votre billet dans "La Croix", je suis impressionné que vous trouviez tant de choses à dire avec trois fois rien. Dans votre réflexion ici sur la vieillesse, je trouve que votre texte contient beaucoup de justesse.. J'ai un vieux papa de 91 ans, je n'oserais jamais lui dire tout ce que vous redoutez pour vous même. Quand je vais le voir, je m'occupe de lui car il ne sait plus faire grand chose, puis nous nous donnons la main, il me demande des nouvelles des enfants, de mon épouse qui s'appelle aussi Geneviève et nous parlons de ses souvenirs, plus ils sont lointains et plus c'est simple pour lui de se les remémorer. Lorsque je le quitte, il me dit " au revoir mon gamin" (j'ai 57 ans) et le lendemain, il a oublié que j'étais allé le voir . Merci et continuez à nous faire admirer les choses simples de la vie. :-)

Écrit par : Vincent | 09/11/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique