logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/03/2012

Contre la peur, ensemble

paix5.jpgLe plus jeune, Gabriel, avait quatre ans, quatre petites années de rien du tout et les deux plus âgés, Jonathan et Imad, n'en avaient que trente. Gabriel, Arieh, Jonathan, Myriam, Abel, Mohamed, Imad: sept vies infiniment jeunes habitent nos pensées. Trois enfants, quatre jeunes adultes en plein essor. Nous les portons dans nos coeurs du mieux que nous pouvons, nous essayons de nous élever à la hauteur de leur malheur, et de rester forts et confiants malgré le poids de la violence, de l'absurde, de l'horreur.


Ceux qui savent prier et ceux qui ne savent pas, ceux qui veulent et ceux qui ne veulent pas, ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, tous nous cherchons en nous le meilleur de nous-mêmes pour répondre en humains à ce qui semble inhumain.

Notre coeur vole vers les victimes inconnues et soudain si familières, il vole vers leurs familles, il vole vers les blessés qui luttent pour la vie.

Et puis il y a "lui", celui qui tue, celui qu'on cherche, celui qui échappe pour le moment à la police mais aussi et surtout à l'entendement.

"Lui" aussi, ne devons-nous penser à "lui" aussi? Ceux qui prient, ne devraient-il prier pour "lui" aussi?

Pour qu'il lève sa visière et que nous sachions qui il est, bien sûr.

Pour que nous puissions entendre la réponse de la justice, notre justice, à des crimes qui nous dépassent.

Et pour qu'il ait, "lui" aussi, encore une chance de revenir à la raison, de choisir le camp des humains, de considérer ses actes, et de s'en repentir de tout son être.

Alors seulement, aux enfants de quatre ans et aux enfants de tous âges, ces enfants que nous sommes tout au long de notre vie, nous aurions quelque chose à dire qui puisse, un peu, au-delà des larmes et avec l'aide du temps, apaiser notre chagrin et notre honte.

Commentaires

Bonjour,
Je suis sensible à votre parole apaisante ; mais, je me pose d'autres questions à côté de vos mots :
""prier pour "lui" aussi? Pour qu'il lève sa visière et que nous sachions qui il est, bien sûr.""
Est-ce la bonne question, que de chercher à savoir qui IL est ? les actes, crus, réels, présents, et quel que soit leur auteur, ne sont-ils pas, en tout premier lieu, à commenter à nos enfants ? Ne vaut-il pas mieux les détourner de l'auteur et les convaincre d’abandonner toute envie, non pas de lui ressembler, mais de s'autoriser à perpétrer de tels actes comme moyen d'expression !

""...Pour que nous puissions entendre la réponse de la justice, notre justice, à des crimes qui nous dépassent.""
Est-ce suffisant de s'en remettre à la justice ? ne doit-on pas se demander si cela solutionne véritablement de tels actes d’en écarter pudiquement leurs auteurs de notre vue ?

""...Et pour qu'il ait, "lui" aussi, encore une chance de revenir à la raison, de choisir le camp des humains, de considérer ses actes, et de s'en repentir de tout son être.""
La raison est-elle unique, et l’apanage des seuls bons pensants ?
Croyez-vous aujourd’hui que ceux qui ne pensent pas comme nous ne sont pas dans le camp des humains ?
N'est-ce pas à nous de considérer ces actes en face et de nous avouer qu'ils sont humains. A nous de nous demander comment on peut agir de la sorte aujourd'hui ? Et finalement, de se risquer à réaliser à quel point nous en sommes sinon responsables en partie mais témoins ; tout simplement parce que cela peut se produire ? Ne peut-on se demander avec horreur si ce n'est pas d'une certaine façon aussi notre échec de société, avant de mettre le projecteur sur quelque coupable qui est passé à l'acte ?
Enfin, est-ce qu’appeler de ses vœux un repentir ce n’est pas risquer d’éviter d'accepter la réalité en posant l'auteur comme une exception ?

Un peu comme les petites phrases de morale et l'instruction civique de notre enfance étaient oubliées dans la tornade des infos à outrance et outrancières, dans la course aux droits d'avoir et l'oubli de celui de penser...
J'ai honte de nous, parce que je crains qu'on passera notre chemin encore une fois, sans douter de notre bonne raison et notre bon droit.
Or, le monde tourne aujourd’hui en nous montrant tout ; oui, on sait tout, on voit tout ; ainsi des événements terribles que nous évitons de regarder sous d'indignes excuses ou pressions (humaines ?!).
J'ai bien de la peine et je voulais la partager avec vous.
De mon côté, je ne me préoccupe pas de l'auteur mais des spectateurs, et notre mutisme me pèse.
Bonne journée

Écrit par : Marie-Lou SAUGNAC | 21/03/2012

Je m'associe à la peine de toutes ces familles sans exception, car je me moque pas mal de leurs origines, de leur religion de leur idéologie ou autres. Je les plains de tout mon cœur car elle ne sauront jamais pourquoi, un homme a enlevé à leur affection un ou plusieurs membres de leur famille. Cela n'aurait pas ramené ces victimes innocentes à la vie, mais elles auraient, sans doute, pu mieux faire leur deuil. Je me trompe sûrement, mais je ne voudrai pas être confronté à une telle horreur.
Je ne peux que leur souhaiter beaucoup de courage et leur dire aussi que je pense que 99 % de la population française ne peuvent que condamner de tels agissements.

Écrit par : Henri | 22/03/2012

A l'Acat, nous prions pour les victimes et les bourreaux. Mais à chaque fois, nous arrive en pleine figure la question du mal. Comment des gens "normaux" en viennent presque à perdre leur humanité par cruauté? Qu'est-ce-qui fait que l'intolérable puisse devenir tolérable?

Écrit par : Else(Brigitte Papleux) | 22/03/2012

Mon coeur vole vers les victimes, leur famille, pour tous ceux qui souffrent et dont nous partageons la peine. L'impensable, l'inhumain s'est produit par l'acte d'un individu convaincu de ses convictions, les quelles lui donnent le droit de vie ou de mort sur des êtres humains. Je doute qu'un repentir soit possible lorque l'on commet l'acte le plus abject et je ne peux pas prier pour cet individu parfaitement conscient de ses actes "Mettre a France à genoux", tel est son repentir! Mes condoléances à toutes les familles qui souffrent et mes pensées à ceux partis trop tôt.

Écrit par : pattex70 | 23/03/2012

Je vous entends clairement Mme Jurgensen. Je crois du moins.
Je ne suis pas juge et je ne vois pas à quoi ça m'avancerait de participer à une lapidation de cet homme. Ca ne m'empêche pas de ressentir l'horreur et la compassion pour les victimes, et leurs proches. Je ressens cela, mais je ne veux pas être comme lui en glissant sur le chemin de la haine.

Par contre, comprendre comment son histoire l'a mené à pratiquer de telles horreurs, voila qui me semble plus juste. Comprendre sans passion. En prenant de la distance avec ma révolte et ma compassion, qui dans ce chemin de compréhension ne manqueraient pas de survenir.

Pourquoi comprendre? Peut-être pour permettre que cela ne se reproduise plus, pour permettre que ne se reproduisent plus les conditions, les circonstances de vie qui ont mené un homme à croire que ce qu'il a fait était juste et une bonne réponse.

Cet homme est le fruit d'une histoire, comme chacun. Il n'est pas né monstre! Il a tué, monstrueusement, des personnes qui pour lui symbolisaient le monstrueux ou/et étaient monstres. Pourquoi en est-il venu à les voir ainsi, à les penser assez inhumaines pour que lui puisse se permettre d'être inhumain?


Merci de m'avoir lu.

Écrit par : Claude | 23/03/2012

Claude, vous comme nous ne saurons jamais ce que Mohammed Merah avait en tête en tuant ces personnes innocentes, ayant été tué à son tour dans une opération hyper médiatisée qui lui a couté la vie. Oui car il eut été possible de le prendre vivant si les bons moyens avaient été employés. Le RAID, c'est bien joli pour l'image mais le GIGN, force militaire avant tout aurait mieux fait l'affaire. Malheureusement élection présidentielle oblige, ministre sur le terrain pourquoi faire se plier aux désidératas des médias qui voulaient du sensationnel Je pense que tous les acteurs de cette sinistre mise à mort devraient se remettre en question. Ont ils au moins penser aux familles des victimes qui attendaient des réponses de cet assassin, non surement pas. Ils se sont ridiculisés.

Écrit par : Henri | 23/03/2012

Trop de médiatisation autour du "tueur" de ces innocents, il n'y a auras pas de réponse à nos questions, j'espère qu'on n'oubliera jamais, il faut penser aux familles, leur apporter notre soutien et que cela ne se reproduise plus jamais .

Écrit par : jeanine | 24/03/2012

Voilà un individu particulièrement lâche qui s' en est pris par surprise, de surcroit sans motif personnel "légitime" (?... si toutefois il était des motifs légitimes pour occire son semblable) à de parfaits innocents vaquant à leurs occupations. Je suis surpris qu'on affecte de s'étonner de son comportement et d'en chercher la cause, comme s'il s'agissait d'une "nouveauté" : ce genre d'individu a existé de tous temps: qu' on se rappelle l'Allemagne hitlérienne où la lie de la société allemande s' en est donné à cœur joie pour supprimer massivement des millions de civils et de militaires de tous les camps, y compris du leur. Qu'on se rappelle, en France comme ailleurs, les collaborationnistes taraudés par l'idéologie et leurs intérêts du moment participant aux massacres et aux dénonciations contre leur propres nationaux.
Que l' on accepte ou non la comparaison, soyons bien conscients que cela procède du même ordre.
Car ce jeune homme là, comme tous les autres, est issu de la lie de notre société, réfractaire aux études (il n' avait pourtant pas l' air idiot, à première vue), révolté contre "la société" (c'est à dire en réalité contre lui-même, mais il l'ignorait), 15 fois interpellé dans le passé (si j' ai bien entendu) pour des délits divers et variés et doté (néanmoins ?) d'une libido hypertrophiée qui lui inspirait sans doute le sentiment intime de "dominer" le monde.
Bref, un parasite congénital.
Sans doute aurait-il été préférable qu'il survécût pour finir ses jours à ruminer dans un cul de basse-fosse, mais qu'il soit mort, ne me fait ni chaud, ni froid et dispense le contribuable français d'encore pourvoir à son entretien pendant nombre d'années: au total, c'est une excellente chose. Qu' on l'enterre donc. Notre société n'a que faire de ce genre d'individus manifestement irrécupérables.

Par ailleurs, sur le fond (si tant est que les prétendues "justifications" avancées par l'individu auraient dans son esprit malade une quelconque consistance), on peut bien sûr s'interroger sur les raisons de notre présence en Afghanistan ou en Irak comme sur les abus et les exactions de tous ordres de tsahal envers les palestiniens. Mais de là
à en faire une "justification" pour des meurtres gratuits commis au hasard...!

Écrit par : Charles | 25/03/2012

Ne sommes nous pas -depuis de nombreuses années - en train de glisser dans un entonnoir monstrueux : celui de la haine, celui de l'exclusion, celui du refus de l'autre ? La violence, l'égoïsme, la dictature de la satisfaction immédiate et leurs corollaires s'étendent comme un cancer : dans les familles, dans les entreprises, dans les collectivités , dans la nation. C'est une culture de mort qui s'impose jour après jour , semaine après semaine, mois après mois , année après année. Comme si une main invisible nous menait là où nous ne voulons surtout pas aller mais contre laquelle nous avons abdiqué. La "descente aux enfers" n'est une fatalité que pour ceux qui y trouve un intérêt. Saurons nous réagir?

Écrit par : COLLADO Patrice | 26/03/2012

Patrice, je veux bien croire que vous ressentez notre monde tel que vous le décrivez (seriez-vous dépressif ou dans une mauvaise passe en ce moment ?) mais il me semble que vous exagérez beaucoup dès que vous vous mettez à généraliser. Ne noircissons pas trop le tableau, nous vivons dans une société -relativement- libre avec, à ce jour encore, un haut degré de protection sociale et un niveau de vie généralement satisfaisant.
On oublie bien trop souvent que c' est loin d' être le cas partout...
Ne confondez pas votre vie au quotidien avec les faits divers, nécessairement spectaculaires, que vous voyez chaque soir à la télévision.
Attention, je ne dis pas qu' on ne peut rien améliorer, la meilleure société n' est jamais parfaite, pas plus que les individus qui la composent d' ailleurs...

Écrit par : Charles | 26/03/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique