logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps
Notretemps.com

59 minutes pour réfléchir à l'euthanasie

16/10/2013

Je n'ai pas oublié que mon blog s'appelle "Avec le sourire", et j'aimerais sans doute avec le documentaire que je vous propose de regarder, que nous retrouvions ensemble le sourire. Un sourire qui ne dirait pas que la vie est facile et que tout a une solution, non, mais un sourire qui dirait que nous sommes d'accord pour parler ensemble des choses graves, pour écouter les arguments les uns des autres, et pour rester unis au-delà des divergences. 

Le film qui suit est l'oeuvre d'un journaliste chevronné, Pierre Barnérias. Après avoir réalisé un film sur les soins palliatifs, "Les yeux ouverts", sorti dans les salles de cinéma en 2010, il a voulu enquêter en Belgique, pour savoir, dix ans après sa promulgation, comment était appliquée la loi autorisant l'euthanasie.

Aucune chaîne de télévision, en France, n'a voulu diffuser ce documentaire, ni donc le financer. C'est pourtant un sujet qui nous concerne tous. "L'euthanasie, jusqu'où?" n'est visible que sur Internet. A nous, si nous n'avons pas peur de réfléchir, de le faire circuler. 





Les victimes face à la justice.

07/09/2013

Jeudi soir sur France 2, dans l'émission Des Paroles et des Actes, David Pujadas recevait Christiane Taubira, notre ministre de la Justice.

Il l'a confrontée par surprise au témoignage d'une femme dont la fille a été victime d'une agression dramatique, commise par un récidiviste. 

Ce procédé a été considéré comme discutable, et les réponses du ministre de la justice font débat.

Voici l'extrait, dans sa totalité.



Taubira interpellée par la mère d'une victime... par _romegas

Je me suis demandé pourquoi cette mère témoignait anonymement. Cette façon d'apparaître en ombre chinoise est déroutante. En effet, dans un pays libre comme la France, nous pouvons dire aux personnalités officielles tout ce que nous pensons, sans nous cacher. Si cette maman avait une raison forte de dissimuler son identité, il fallait chercher un autre témoin.

Quant à la justice, elle sera toujours très imparfaite et ne pourra jamais rien garantir vraiment à personne. Mais parent de victime aujourd'hui, nous pouvons aussi bien nous trouver parent de prévenu demain. Ce jour-là, ne nous voudrons-nous pas que la justice soit rendue dans les prétoires, pas dans la rue, ni sur un plateau de télévision?





Retraite précoce, Alzheimer féroce?

19/08/2013

Des chercheurs et épidémiologistes de l'Inserm, sous la direction de la spécialiste Carol Dufouil, montrent que le risque d'être atteint de la maladie d'Alzheimer diminue de 3% par an pour un individu en activité, comparé à un individu à la retraite (l'étude portait sur 429 000 artisans et commerçants).

Mine de rien, entre ceux qui prennent la retraite à 60 ans et ceux qui la prennent à 65 ans, ça fait une différence de 15%. C'est énorme!

Pardonnez mon mauvais esprit, mais comment s'empêcher de penser qu'un tel résultat tombe à point dans un pays qui doit d'urgence trouver les moyens de repousser l'âge légal de la retraite à taux plein?

Dans les années 1980, les journaux affirmaient à longueur de colonnes qu'à 40 ans nous étions quasi-vieux, en tout cas inadaptables, que les nouvelles technologies nous dépassaient et que plus vite nous prendrions notre retraite, mieux ça serait pour notre petite santé, celle des entreprises et la courbe du chômage. 

Trente ans après, vu que l'économie marche beaucoup moins bien, que les retraités sont trop nombreux et les actifs pas assez, le pain blanc est mangé et les caisses de retraite sont aux abois. Alors le refrain scientifique change. Plus les séniors partent tard à la retraite, mieux ils se portent. Ce qui est pain béni pour eux, pour leur famille, pour l'assurance maladie et accessoirement pour les caisses de retraite.

De tout temps, je pense, la recherche a été dans le sens qui arrangeait l'époque. Lui fait-on dire ce que nous voulons entendre? Les budgets sont-ils plus faciles à obtenir quand les résultats peuvent donner un coup de pouce aux nécessités contemporaines et aux manoeuvres électorales? Les médias ont-ils tendance à mettre en valeur ce qui va psychologiquement ou politiquement dans le bon sens?

Je ne remets pas en cause le travail de Mme Dufouil et de ses collaborateurs. D'autant plus qu'instinctivement, on aurait parié qu'un cerveau entraîné était mieux équipé pour résister aux attaques qu'un cerveau laissé au repos. Ma question, c'est plutôt: si ces mêmes recherches avaient été menées dans les années 1980, quand l'obsession était de chasser de la vie active les plus de 50 ans, les médias leur auraient-ils donné cette publicité? Tout le monde était tellement content de ne plus travailler, de profiter de retraites à l'époque confortables, et le gouvernement se rendait si populaire en abaissant l'âge légal du départ en RTT permanente et définitive... Mme Dufouil et son équipe auraient certainement prêché dans le désert. Tandis qu'aujourd'hui, le contexte a changé. Et comme par hasard, les chercheurs font entendre un nouveau son de cloches, celui qui sonne dans le sens du vent.





J'ai trouvé Poste close

02/08/2013

Selon un des mythes français, les fonctionnaires sont trop nombreux, paresseux et inefficaces. La privatisation serait le remède miracle. Ah, l'efficacité du secteur privé! Ah, l'esprit corporate, la gestion rigoureuse, le service impeccable!

La Poste est maintenant un Groupe, avec un grand G, c'est formidable! Elle a augmenté son capital, fait entrer la Caisse des Dépôts à son conseil d'administration, c'est grandiose! Et son chiffre d'affaire se compte en dizaines de milliards d'euros. De quoi tomber en pâmoison.

Privatisation, La Poste, fonctionnaires, secteur publicVoici donc le résultat de cette mutation : la photo a été prise à Paris, pas dans un petit bourg en voie de désertifiacation; un matin de semaine, à 11 heures, pas à des horaires improbables. J'ai tenté ma chance au bureau de poste un peu plus loin, mais c'était pareil. Un panneau indiquait-il où trouver un bureau de poste ouvert? Non. Pourtant, même les pharmaciens se donnent cette peine.

Le Groupe a sans doute ses charmes, mais le service public, c'était pas mal non plus!





Do you speak français?

31/07/2013

 

 

Les quelques photos que j'ai le plaisir de partager avec you - heu, pardon, avec vous, sont prises en feuilletant paresseusement le plus récent numéro de Madame Figaro. 

Dès la couverture, je me suis dit: "Ah bon? maintenant on dit 'cover'? Et 'story'?"

 

figaro,langue française,presse féminine

Ensuite, j'ai regardé le sommaire, pour choisir ce que j'allais lire en premier. Le making of? le mix summer?

 

figaro,langue française,presse féminine

Oui, je sais, mes photos sont de travers, mais les Anglais c'est comme ça, ils conduisent à gauche alors ça me trouble.

Un peu plus loin, j'avais le choix. Saint-Tropez, par exemple, joli petit port aux qualités vantées dans le notebook, c'était un spot fashion, et hype en plus. 

 

figaro,langue française,presse féminine

Et puis il y avait aussi le genre d'article dont je ne me lasse pas, pour apprendre à maigrir. Là, tout était renouvelé, avec même un côté shakespearien:

 

figaro,langue française,presse féminine

Autrement, si je me sentais plutôt "not bistouri", je pouvais biker comme une malade (non, ne prononcez pas 'biqué', c'est encore plus ridicule), ou pulser avec un i devant, ça doit être fabulous.

 

figaro,langue française,presse féminine

 

figaro,langue française,presse féminine

Côté cuisine, art que les Français portent à son comble comme chacun sait, les rosbifs avaient aussi gagné du terrain (pardon les rosbifs, en vérité je vous adore et je sais que vous n'y êtes pour rien, nothing). Les chefs ne nous transmettaient plus leurs meilleures recettes, mais leur hits.

 

figaro,langue française,presse féminine

 

 

Oubliez les hors-d'oeuvre, place aux starters.

 

figaro,langue française,presse féminine

Et pour le dessert, la fruit touch... On a un peu l'impression de faire des fautes d'orthographe, ou de genre... La fruit... Touch...  Y a pas quelque chose qui cloche?

 

figaro,langue française,presse féminine

A ce stade, je renonce. Je file à Ibiza. Pour parler espagnol? No no (remarquez, ça veut dire la même chose en espagnol et en anglais). Les concept-store arty, les hôtels design, le hippie glam, les musical sunsets et les BBQ (qui ne sont pas le cul du bébé mais juste bière-merguez sur la plage), c'est tout ce que j'aime.

 

figaro,langue française,presse féminine

Allez, à la prochaine, je love you tous beaucoup!




 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique